But I'm a creep, I'm a weirdo ~ Orwen x Elias

 :: Legacy :: Partie Nord :: Le parlement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Ven 15 Sep - 15:02
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




Bon ok t’as vraiment merdé cette fois Elias…

Il devait être dans les alentours de 23h sur la capitale de Legacy. Maintenant une semaine que la fuite des métas avait eue lieu. Une semaine que mes parents étaient morts. Une semaine que je ne dormais plus, totalement obsédé par ces métas pour lesquels je vouais dors à présent une haine immense… Me focalisant sur le sport ou mon métier à les retrouver, il m’arrivait pourtant lors de mes fins de journées de me mettre dans des états de colères instoppable. Cassant tout mon appartement, frappant des murets de bâtiments à m’en peter les phalanges…J’étais complètement hors de contrôle…Je ne savais pas comment était mon frère suite à cette nouvelle…Mais ce qui était sur c’est que pour ma part, je cachais bien mon jeu. Ne me laissant aller que dans la solitude, peu de personne savait la rage et la tristesse qui véhiculait mon âme. L’envie de vengeance…était maintenant…Tout ce qui emplissait mon âme. Je n’avais jamais porté mon père dans mon cœur, mais ma mère…Elle était tout pour moi. Une femme si belle et si douce qui ne méritait pas la mort. Et c’est bien ça que je souhaite faire payer à présent.

Je me détestais. Je me haïssais même. Et c’est du coup ce soir-là que je me laissai partir le temps de quelques bouteilles de vins…Beaucoup de bouteilles…Oui j’avais réussi à en voler près du labo. Apparemment les scientifiques aimaient se la coller après le travail. Surement pour fêter des exploits ? Moi ce soir je voulais fêter le fait que j’avais touché le fond !
Et c’est ainsi que je partis…Vers 23h vers l’endroit le plus calme de Legacy. Ou je savais que j’aurais la paix. Je voulais être seul. Loin de mon appartement…Loin de cette misère. Et c’est ainsi que je me rendis vers le Parlement. Etant militaire, je savais qu’il était peu gardé la nuit suite à sa non activité. Simple colisée comme on peut le voir dans les livres d’histoire de l’antiquité, c’est très souvent ici que je m’exerçais la nuit pour y faire des montées de marches.
Mais ce soir-là…Ce n’était pas pour ça que je venais.

Allongé au centre du colisée je regardais les étoiles, tout en buvant tout ce que je pouvais. Je n’étais pas de nature à boire de base. Mon père l’était après tout et un bourré suffisait à la maison autrefois…Mais depuis cette semaine…Je reproduisais le schéma de ce dernier presque tous les soirs. Cette sensation de légèreté était la seule chose qui arrivait à m’apaiser.
Et il ne me fallut à peine une heure pour réussir à retrouver les états de phase qu’avait mon père lorsqu’il me cognait plus jeune. Je voyais flou. J’étais Anesthésié…

Me relevant toujours la bouteille à la main, je regardais les murs autour de moi. Ils bougeaient un petit peu…Ou alors c’était moi qui bougeait à vrai dire j’en sais trop rien.

-Salut toi ça va ?!


Dis-je en fixant le muret

-Pourquoi tu me regardes de travers connard ? Tu veux que je te casse la gueule ?!


M’approchant en titubant vers ce dernier, je me mis à marteler le mur comme jamais. Mes mains étaient en sang, mais grâce à l’alcool…Aucunes douleurs ne s’échappaient de mon visage. La rage me consumait une nouvelle fois…Et une nouvelle fois je me laissais partir dans une spirale sans fond remplit de haine.

-Je vais te tuer ! Je vais tous vous tuer !

La raison venait de quitter mon corps…Hurlant à m’en casser les cordes vocales, je savais que cet endroit était le seul ou je pouvais laisser aller le démon qui sommeillait en moi. Personne n’était là à cette heure. Personne ne pouvait voir mon appel au secours…

Ce fut au bout d’une minute que je lâchai mon muret… Regardant ce dernier…Puis mes mains…Je constatais que cette fois…J’étais peut être allé trop loin. Je saignais comme jamais. Des traces de sang ainsi que quelques marques de destruction de pierres étaient présente sur ce dernier. Mes mains tremblaient… Je voyais flou… et c’est en me laissant tomber adosser à ce muret que mon calme reprit son cours…Tout en buvant une nouvelle gorgée de ma bouteille. J’avais mal. Je souffrais en silence et personne ne le voyais… J’étais devenu bipolaire.




Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Ven 15 Sep - 16:05
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™

Elle avait travaillé tard, aujourd'hui, pour occuper ses pensées. S'enfermant aux laboratoires, ne pouvant plus fuir son père. Par chance, il n'était pas venue la chercher aujourd'hui, s'attardant sûrement à dépecer des louveteaux morts-nés. Elle s'en moquait, elle avait autre chose à faire, des recherches notamment, dans l'espoir qu'un jour, toute cette souffrance soit effacée de ce monde. La souffrance que les humains ne parvenaient pas à éliminer de leur cœur, malgré les tentatives, la souffrance des loups à devoir rester enfermés, encore et encore, sans pouvoir rien faire. La souffrance des métas, qui eux, se transformaient sans ne jamais rien contrôler. Elle avait bien conscience que tout était de la faute de ces êtres vivants assoiffés de pouvoir qu'étaient les humains, cherchant à conquérir les mondes par tous les moyens possibles, sans aucun scrupule. Mais pour le moment, ses formules ne donnaient rien. Elle ne les avait pas encore testés, elle se contentait de savoir ce que ça donnait sur papier, sans jamais oser trouver de cobaye pour les appliquer. Elle perfectionnait en vain la formule, priant pour qu'un jour, celles-ci puissent aider. Pourtant, elle ne pouvait pas. Il lui fallait essayer. Mais elle ne voulait pas finir comme son père, fou, qui osait maltraiter ces animaux qui n'avaient rien demandé. Soupirant, elle abandonna finalement son travail, passant une main sur son visage, les yeux et le crâne douloureux d'avoir travaillé sans relâche, sans avoir osé s'accorder ne serait-ce qu'une pause. Elle finit par se redresser, se dirigea vers les vestiaires et remis sa tenue de jour, avant de quitter l'enceinte des laboratoires déserts pour rentrer chez elle. Autour, elle pouvait entendre des loups, hurlant à l'aide sans attendre. Elle accéléra le pas, le cœur lourd, ayant envie de faire demi-tour pour les sauver. Mais au lieu de ça, elle continuait, passant porte après porte, jusqu'à ce que l'air frais et le calme n'arrivent à elle. Marchant dans les rues, observant autour d'elle, elle eut d'abord pour réflexe de prendre la route pour se diriger chez elle, avant de se souvenir qu'elle irait simplement se coucher en attendant de trouver le sommeil, comme tous les jours depuis bien longtemps. Trop de choses lui traversaient la tête, la rendaient folle, et le manque d'air sur cette planète ne l'aidait pas. Depuis toujours, elle souffrait et peinait à respirer. Un fardeau lourd à porter, qui lui avait joué des tours, et qui devenait pourtant une habitude. Elle s'était jurée de s'inquiéter le jour où elle se sentirait bien, mais ce n'était pas encore arrivé. Finalement, elle prit un chemin complètement différent de celui qu'elle avait l'habitude de prendre, et, fourrant sa capuche sur sa tête, commençant à errer dans les rues. Ses pas la portèrent toujours plus loin, tourna à droite, puis à gauche aléatoirement, jusqu'à ce que le parlement ne se pointe devant elle. S'arrêtant face à la grande bâtisse, Orwen hésita à faire demi-tour. Ce lieu, peu surveillé et encore en construction, ne lui était pas réservé. Elle n'était pas censée avoir le droit de s'y rendre. Il s'agissait du gouvernement, des plus hauts placés et non de scientifiques lambda comme elle l'était. Soupirant, elle se massa les tempes en fermant les yeux pour se calmer. Elle savait très bien pourquoi elle cherchait les lieux les plus calmes et les moins surveillés. Elle espérait revoir les métas avec qui elle avait déjà discuté, et plus encore. La présence des humains commençait à l'effrayer, surtout celle de son père. Elle revoyait aisément son visage fou de rage quand il l'avait frappée il y a plusieurs jours, laissant une marque sur sa pommette qu'elle cachait sous le maquillage qu'elle fabriquait. Rouvrant les yeux, elle se tourna dans le but de faire demi-tour et de rentrer chez elle, mais au lieu de ça, elle se figea, entendant du bruit. Des cris, des hurlements de rage qui lui faisaient froid dans le dos. Mais le pire dans tout ça, c'était d'avoir l'impression de connaître cette voix. Elle aurait voulu partir, mais elle ne pouvait pas le faire avant de comprendre ce qu'il se passait réellement ici, et priait pour ne pas voir un humain se faire dévorer par un loup. Elle jeta quelques coups d'oeil autour d'elle, puis s'élança rapidement vers les portes du bâtiment, qu'elle franchit sans même réfléchir. Outre la surprise de voir la grandeur du lieu, elle était aussi surprise de reconnaître la figure qui semblait hurler de douleur. Posant ses yeux sur lui, elle s'arrêta, se retenant de respirer en voyant ce qui semblait être une tâche de sang. Ni une, ni deux, elle s'approcha presque en courant de la silhouette, les larmes aux yeux. Elle s'accroupit à ses côtés, posant sa main gauche, tremblante, sur le bras de cet homme, Elias, qu'elle avait déjà rencontré plusieurs fois et avec qui elle s'entendait bien. Mais en le voyant amorphe, une grimace étira son visage et elle tapota doucement sa joue pour qu'il ouvre les yeux. « Elias... Qu'est-ce qu'il t'arrive bon sang ? » Elle posa un instant les yeux sur la bouteille en comprenant rapidement ce que c'était, puis observa sa main en sang, refoulant une nausée en voyant cette couleur si singulière. Elle détourna alors le regard pour se focaliser sur son visage, prenant une grande inspiration pour se calmer, même s'il en avait certainement plus besoin qu'elle. « Eh, explique-moi, tu sais que tu peux m'en parler. »

962 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Ven 15 Sep - 17:32
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




Ce fut au bout d’une minute que je lâchai mon muret… Regardant ce dernier…Puis mes mains…Je constatais que cette fois…J’étais peut être allé trop loin. Je saignais comme jamais. Des traces de sang ainsi que quelques marques de destruction de pierres étaient présente sur ce dernier. Mes mains tremblaient… Je voyais flou… et c’est en me laissant tomber adosser à ce muret que mon calme reprit son cours…Tout en buvant une nouvelle gorgée de ma bouteille. J’avais mal. Je souffrais en silence et personne ne le voyais… J’étais devenu bipolaire.

Redevenu totalement vide d’émotion, je regardais le sang qui s’écoulait de mes mains sans bouger. Fixant ce liquide sans aucunes pensées ni envies. L’alcool faisait vraiment bien son travail…Entre la douleur qui était inexistante et les sentiments qui avaient maintenant réussis à s’estomper…Je me sentais léger. Mais attention pas léger comme si j’étais bien non…Leger comme si…J’étais une simple coquille vide.
J’allais très certainement le regretter demain. Je ne sais même pas si je serais capable de tenir une arme. Mais ce n’était pas grave…J’avais réussis à sortir un petit peu de ma rage

Le temps passa. Je me sentais seul. Horriblement seul. Et sans personne à qui me confier. Eirin était subjuguée par le travail, et ma famille…Non pardon mon frère… Semblait également lui aussi bien garder les choses pour lui.
Fixant mes mains en oubliant le temps, je ne remarquai même pas qu’une personne vint à s’assoir à mes cotés tout en posant sa main sur mon bras.

- Elias... Qu'est-ce qu'il t'arrive bon sang ?

Cette voix résonnait dans ma tête…Je semblais la connaître. J’avais mal à la tête. Entendant ces paroles comme un écho mes yeux ne quittaient toujours pas mes mains. Mon esprit ne quittait toujours pas mes songes…
Ce n’est que lorsque je sentis une légère tape sur ma joue que j’entrouvris les yeux vers de nouveaux lieux que mes mains. Cherchant son visage en fronçant les sourcils…Je ne mis que peu de temps à la reconnaitre. C’était Orwen.

- Eh, explique-moi, tu sais que tu peux m'en parler.
-Hey….

Un nouveau sentiment vint le jour. De la culpabilité…De la honte. Si j’étais venu ici c’est parce que j’espérais bien être seul et ne montrer à personne cet état. Elias n’est pas quelqu’un de faible. Elias est fort…Pensais-je sans cesse. Et montrer ça à cette gamine que j’apprécie telle une petite sœur me rend mal à l’aise.

-T’inquiète pas je….

Je sentais que mon mal de crâne s’intensifiait. Et je n’eus le temps de rajouter quoi que ce soit, que je tourna ma tête en un éclair sur le côté opposé à Orwen tout en m’inclinant légèrement face au sol.
En un éclair je vins à me vider des quelques litres de vin que je venais d’ingurgiter.
J’étais vraiment pas beau à voir putain… J’avais l’impression que mon crâne allait exploser.




Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Ven 15 Sep - 18:04
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™

Orwen ne l'avait jamais vu dans un état pareil. Elle n'imaginait pas qu'un jour cela puisse arriver. Elle n'avait certes pas eu le temps de le voir cette dernière semaine, mais elle aurait juré qu'avant, il n'aurait pas été capable de se mettre dans un état pareil. Elle voulait le consoler, le rassurer et savoir pourquoi il gâchait ainsi son temps, mettant en danger son job, ceux qui pouvaient l'approcher et surtout lui-même. Rien qu'à cette idée, elle se sentit angoissée, et c'est dans un effort surhumain qu'elle continua à le regarder, cherchant son regard qui ne semblait pas venir à elle. Serrant les dents, elle finit par retirer sa main, le laissant essayer de parler. Elle voyait bien qu'il n'y parviendrait pas, et qu'elle n'obtiendrait rien de lui pour le moment. Elle se devait donc de prendre soin de lui ce soir, de l'aider à aller mieux. Soupirant, elle ferma les yeux quand il pencha la tête, sachant très bien pourquoi il faisait ça. Ce fut plus dur à supporter quand elle l'entendit vomir, sans parler de l'odeur. Plaquant une main contre sa bouche pour s'empêcher de vomir, elle essaya de se rappeler qu'elle avait déjà vécu pire, mais malheureusement, c'était faux. Même l'odeur des produits chimiques était plus agréable et... Elle ne voulait même pas imaginer plus. Et dire qu'elle ne savait même pas comment faire passer cet état... Elle aurait mieux fait de faire médecine. « Ok, tu sais quoi, on va pas rester ici ! » lâcha-t-elle finalement pour se donner du courage, tournant la tête vers lui. Elle ne tentait même pas de faire la conversation, sachant très bien que ça n'aidera pas. Elle lui tapota la main de manière affective avant de lui attraper délicatement les mains pour observer les dégâts, soupirant en remarquant que c'était pire que ce qu'elle imaginait. Il était hors de question qu'elle le laisse ici, et demain, encore plus. Il ressentirait alors toute cette douleur d'une potentielle fracture, sans parler des effets secondaires de l'alcool dont elle avait déjà entendu parler. « Maintenant que je m'inquiète, tu permets que je m'occupe de toi ? » Elle lui passa une main délicate sur son front, pour évaluer sa température, avant de s'asseoir à côté de lui, et de passer un bras autour de sa taille. « Debout, Elias. Tu es trop musclé pour mes pauvres petits bras. Et... Oh, si tu pouvais éviter de me vomir dessus au passage, ça me ferait grand plaisir ! » plaisanta-t-elle. Elle commença alors à prendre appui sur ses jambes, se redressant en l'aidant à faire de même. Une fois debout, elle attendit qu'il reprenne ses esprits pour faire un pas en avant. « Pour une fois que tu vas pouvoir passer une nuit chez une jolie fille sans avoir à demander, tu devrais en profiter et te montrer un peu plus joyeux. Quoi que, non, souris pas, j'ai changé d'avis. » Elle préférait lui annoncer d'avancer la destination pour qu'il puisse l'aider, et essayer de lui faire avaler le nombre de kilomètres qu'ils devraient faire avant d'arriver par des plaisanteries, même si d'habitude, elle n'était pas très douée pour ça. Avançant donc d'un autre pas en direction de la porte de sortie pour lui faire prendre l'air, elle reprit : « Si jamais le sol bouge trop, t'as qu'à me regarder. Ou tu fermes les yeux. Et tais-toi, tu veux. Tu empestes. » marmonna-t-elle en faisant un effort pour avancer un peu plus, luttant contre la gravité qui voulait emmener Elias pour éviter de ne finir blessée elle aussi.

942 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Sam 16 Sep - 14:31
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




Je sentais que mon mal de crâne s’intensifiait. Et je n’eus le temps de rajouter quoi que ce soit, que je tournai ma tête en un éclair sur le côté opposé à Orwen tout en m’inclinant légèrement face au sol.
En un temps, je vins à me vider des quelques litres de vin que je venais d’ingurgiter.
J’étais vraiment pas beau à voir putain… J’avais l’impression que mon crâne allait exploser.

Mains face au sol, la vision floutée par l’alcool, je m’en voulais d’avoir fait subir ça à Orwen. Je n’aimais pas qu’on me voit dans cet état. Moi-même d’ailleurs…Je ne me supportais pas dans ces phases. Le regard brumeux et la gorge entrain de littéralement bruler mon œsophage, je constatais mes mains qui ne s’arrêtaient pas de saigner. Putain si seulement j’avais pu être seul. Mon père ne se gênait pas pour montrer à tout le monde ses états de non sobriété. Mais pour le coup et pour moi. Ces phases étaient un fardeau à vivre.  

-  Ok, tu sais quoi, on va pas rester ici !

La voix d’Orwen retentissait dans mon crâne en même temps que je reprenais ma place initiale tout en sentant ses tapes contre mon dos. Je voulais lui dire de me laisser tranquille. Que j’avais juste besoin d’être seul. Mais aucun mot ne sortait de ma bouche. Entre la douleur au crâne, et maintenant à la gorge…Je faisais peine à voir.

-T’inquiète ça va….

Tentais-je de dire avec peine alors qu’elle auscultait mes mains. Au vue de sa réaction je compris que j’étais vraiment allé trop loin cette fois. La douleur n’étaient pas vraiment présente encore…Mais il était vrai que plier ces dernières étaient tout bonnement impossible… Fracture ? Déchirement d’un muscle ? Veine pété ?
Soupirant tout en levant la tête au ciel toujours adossé contre mon mur, je tentais de contrôler mon alcoolémie tout en fixant les étoiles avec insistance. Ça ne semblait pas marcher mais bon…Au moins j’avais essayé.

-Maintenant que je m'inquiète, tu permets que je m'occupe de toi ?

Je senti sa main contre mon front. De ce que j’en pensais il devait être bouillant…Mon cerveau fondait littéralement. Je voulais parler, mais ma voix était complétement nouée. Je savais que si je parlais trop j’allais déglutir une nouvelle fois. Je sentais l’univers trembler sous mes pieds. Et ces sensations de mal de mer étaient vraiment inconfortable.

-  Debout, Elias. Tu es trop musclé pour mes pauvres petits bras. Et... Oh, si tu pouvais éviter de me vomir dessus au passage, ça me ferait grand plaisir !
- Huuuum *tente de se relever avec peine tout en ravalant un début de vomi*

Wow…L’effet de la gravité lors de la montée sur mes jambes fut dur. Plus d’une fois j’eue l’impression de tomber en avant…Mais c’est par courage que j’y arrivai sans trop demander d’aide d’Orwen. Elle était jeune…Et je me sentais déjà assez coupable de passer pour un déchet de ce style à ces yeux. Elle n’avait pas à vivre tout ça. Et surtout de ma part.

Je sentais qu’elle essayait de me faire rire tout en me relevant. Mais moins je faisais de mouvement de facies, mieux je me porterais pour éviter de déglutir à chaque mètres.
Une fois véritablement debout et en accord avec la gravité je l’entendis ajouter.

- Pour une fois que tu vas pouvoir passer une nuit chez une jolie fille sans avoir à demander, tu devrais en profiter et te montrer un peu plus joyeux. Quoi que, non, souris pas, j'ai changé d'avis.
-Tu…T’inquiète pas pour moi…Tu devrais me laisser là

Le premier pas fut le plus dur à accomplir. Tout aussi dur que ces paroles que je prononçais d’une voix rauque suite à ce que je venais d’extraire de mon corps quelques minutes avant. Voilà qu’elle voulait m’amener chez elle maintenant…Passant de chevalier servant à jeune femme en détresse…Putain Elias…T’as déconné.

- Si jamais le sol bouge trop, t'as qu'à me regarder. Ou tu fermes les yeux. Et tais-toi, tu veux. Tu empestes.

Chaque pas était un calvaire. Entre la gravité qui faisaient des siennes, mes jambes molles comme du coton, et moi qui luttait pour sauver un minimum ma dignité et ne pas tomber contre le sol en emmenant Orwen dans ma chute, je priais pour que tout ceci ne soit qu’un mauvais rêve.
Les habitations n’étaient pas à la porte d’à côté et honnêtement…Je ne savais pas si je tiendrais jusque-là.

-Je suis désolé


Une phrase prononcée dans un murmure tout en fixant mes pas peu serein qui avançaient le long du sentier.
J’en voulais à la terre entière…Au métas. A mes parents d’être mort. A moi-même de m’être laissé emporter par mes émotions.






Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Sam 16 Sep - 17:36
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™

Il était hors de question pour elle de le laisser là. Même si cette planète était bien moins fraîche que la Terre, le froid de la nuit n'en était pas moins plus coriace, surtout pour les personnes osant boire un peu trop pendant leur temps libre. Il risquait d'attraper toute sorte de maladie, et pour elle, c'était inconcevable. C'était un très bon ami, un frère même, et elle s'était depuis toujours interdit de laisser qui que ce soit dans un endroit où les dangers rôdaient. Bien qu'il empestait, elle ignorait si cela suffirait à éloigner les loups. Les humains, peut-être, mais justement, ce n'était pas le but. Alors, il avait beau pester, lutter et lui dire de le laisser, elle laissa échapper un « Jamais. » comme elle n'en avait jamais dit, froid, pour la première fois de sa vie. Elle faisait donc tous les efforts du monde pour continuer à converser, à chercher une petite brèche qui l'aiderait enfin à s'expliquer. Mais rien ne parvint à sortir de ses lèvres, à part une excuse. Ralentissant le pas jusqu'à s'arrêter, la jeune femme tourna la tête vers lui pour l'observer, continuant à le soutenir pour qu'il reste debout. « Tu n'as pas à t'excuser. Regardes-moi. » De sa main libre, elle vint lui relever le menton pour planter son regard dans le sien, dans l'espoir d'apaiser ses esprits et de lui rappeler qu'elle le soutenait. « J'te laisserais pas. Tu m'embêtes pour me protéger, maintenant c'est à mon tour de le faire. Allez, viens. » Tournant la tête, elle se remit à avancer d'un pas lent, ne le regardant plus. Elle se concentrait seulement sur le chemin à parcourir, qui ne serait pas de tout repos. Un trajet qui dura trop longtemps à son goût, s'arrêtant quand il n'allait pas bien avant de reprendre la route. Elle pouvait comprendre que ce soit dur pour lui, mais elle avait promis et ne reviendrait sur ses mots pour rien au monde. L'entendre peiner à respirer, avoir envie de vomir et tenter d'avancer alors que ses pas se faisaient de plus en plus lourd devenait un calvaire pour elle. Elle ne savait pas ce qu'il avait enduré pour avoir envie d'arrêter de penser de cette manière, mais elle imaginait déjà que ce devait être dur. A côté, elle se sentait ridicule d'avoir pleuré pour un coup au visage. Heureusement, au bout de ce qui semblait être une bonne demie-heure de marche, si ce n'était plus, la porte de sa maison s'offrit à leurs yeux épuisés. « Attention à la marche. » lança-t-elle en l'aidant à gravir le petit escalier qui leur permettait d'entrer chez elle. Elle alluma quelques lumières qui n'agressaient pas les yeux, et se dirigea vers la banquette, son épaule souffrant trop pour le moment pour grimper jusqu'à la chambre. Elle l'aida donc à s'asseoir dessus, prenant soin à ce qu'il ne se cogne pas la tête, et vint caler sur ses genoux la couverture qui était à côté, et qui avait déjà servi à un loup. Soupirant, elle l'enroula même dedans, observant son visage livide. « Je vais chercher de quoi désinfecter tes mains. Ne fais pas de bêtise, je vais juste à l'étage. » lança-t-elle en venant lui embrasser affectueusement le front, avant de l'abandonner ici pour grimper à l'étage. Une fois en haut, elle s'empressa de fouiller dans la salle d'eau pour trouver du tissu et ses produits de laboratoire dont elle pourrait se servir pour au moins atténuer sa douleur. Redescendant, elle se précipita vers le coin cuisine où elle sortit une nouvelle réserve d'eau, puis revint vers Elias, qui ne semblait pas aller mieux. Mai peu importe, elle devait faire quelque chose. Elle posa donc le tout sur la table à manger, et s'accroupit face à lui, posant ses mains sur ses genoux pour le faire réagir. « Attention, ça va piquer un peu. » le prévint-elle en attrapant ses mains, ne sachant plus très bien s'il l'entendait ou non. Elle passait donc quelques minutes à nettoyer ses blessures avant d'enrouler le tissu autour de ses doigts, de sa main et de son poignet.

738 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Dim 17 Sep - 1:44
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




-Je suis désolé

Une phrase prononcée dans un murmure tout en fixant mes pas peu serein qui avançaient le long du sentier.
J’en voulais à la terre entière…Au métas. A mes parents d’être mort. A moi-même de m’être laissé emporter par mes émotions.

Suite à cette phrase je sentis Orwen ralentir le pas. Etant entrainé par sa cadence je fis donc de même. Je regardais le sol, fautif de mon état…Bien qu’être un homme devait impliquer le fait d’etre fort et droit, je sentais qu’une boule venait se glisser au fin fond de ma gorge. Une boule de tristesse qui me faisait somatiser comme jamais.
Mais ce n’est que très rapidement que je sentis les mains délicate d’Orwen se poser sur mon menton, afin de ramener mon regard vers le sien.

-Tu n’as pas à t’excuser regardes-moi.

Pas grand-chose était net sur l’image qui ressortait de mes yeux. Je ne voyais qu’Orwen dans une image floutée. Elle était vraiment la seule personne qui avait pu être là pour moi depuis la mort de mes parents.... Qui avait pu être la ce soir même si cela n'était pas vraiment voulu.
Bien que trentenaire et militaire, les sentiments étaient également présent chez moi…Et ressentir de la compassion était la chose qui me faisait un bien fou actuellement. Tentant de lâcher un très léger sourire, je récupéra pourtant bien vite mon air vide et ailleurs.

-J'te laisserais pas. Tu m'embêtes pour me protéger, maintenant c'est à mon tour de le faire. Allez, viens.

Je ne comprenais pas vraiment pourquoi j’avais été très épris de cette fille. Etait-ce lié au fait que nous avions eu tout le deux une enfance difficile ? Ou tout simplement car…Dans le fond…Je sentais qu’elle me ressemblait… Douce et très aidante de son prochain, elle a toujours eu du mal à se mettre en avant lors de nos premières rencontres…Et bien que timide…ou introvertie…Je savais qu’il se cachait derrière ce petit bout de femme, une personne murement intelligente et pleine de bon sens… Je remarquais parfois les coups de son père sur son visage…Je me retenais de ne rien dire…Mais je savais d’ores et déjà que si je voyais ce mec en face… Je lui fracasserais la gueule de mes mains.

Après cette phrase échangé que je répondis dans un silence faisant ressortir ma gène suite à mon état embarrassant, nous reprenions la route. Plus nous avancions, plus je sentais la douleur qui arrivait peu à peu au niveau de mes mains. Tout comme ma tête qui était une véritable caisse à percussion en plein concert de métal. Lachant de grosses respirations et une cadence de pas très lourdes et hasardeuses, il m’arriva quelques fois…Notamment durant les premières minutes de trajet de m’arrêter quelques peu le temps de me vider une nouvelle fois.
Punaise Elias…Si demain tu n’as pas de gueule de bois je ne comprend pas….

Le reste du trajet se fit dans un silence de mort. Avançant avec peine, je me focalisais surtout sur les pas à parcourir sans me fracasser la tête au sol. L’air frais m’empêchais de m’endormir et m’anesthésiais même par moment quelques parties du corps qui me permettait d’avancer sans trop de mal sur les montées et descentes de la ville.

-Attention à la marche.

Je ne me rendis même pas compte que nous venions d’arriver à son domicile…Montant avec peine les quelques escaliers qui permettaient d’arriver à son hall d’entrée, je me repris à deux fois de tomber, m’agrippant à chaque mur que je trouvais.
Il commençait à faire froid dehors. Et le fait d’arriver dans un lieu chaud et apparemment très coocooning comparé à mon dépotoir, me remis legerement dans une conscience de retour à la sobriété.

Je la regardais allumer les lumières, restant proche de la porte tout en approchant mes mains vers mon visage afin de me réchauffer avec l’air ambiant.
Très rapidement elle revint vers moi, et c’est en titubant légèrement, les yeux mi-clos, que je me laissa tomber sur sa banquette.
J’étais complétement à l’ouest suite à l’alcool. Je sentais que le terrible moment de la descente n’allait pas tardé à tomber. Tentant de fixer Orwen qui s’occupait de moi comme jamais, je lui lacha un léger sourire une nouvelle fois timide et gêné lorsqu’elle mit son plaid autour de ma personne. Un plaid contre lequel je me lova pour récupérer de la chaleur.

-Je vais chercher de quoi désinfecter tes mains. Ne fais pas de bêtise, je vais juste à l'étage.

Toujours sans expression et en pleine canalisation pour retrouver un état normal, je m’enfermais dans mes pensées. Franchement Elias t’es vraiment trop con…Pourquoi t’as fait ça…Enfin je veux dire…Va te cacher plus loin et fais ça en silence la prochaine fois merde !

La bise d’Orwen sur le front me donna un léger frisson au niveau de l’estomac. Un sentiment de bienêtre qui me rappela le temps d’un bref instant ma mère…Qui me manquait éperdument. Cette fille était plus jeune que moi…Et voilà que j’agissais comme un gamin face à elle…Et voilà qu’elle agissait comme une mère face à moi…

Ce temps de solitude me permit de remettre mes idées au clair. Bien evidemment les bruit de tambours résonnaient encore et toujours…Tout comme ces mains pour lesquelles la douleur s’intensifiait à chaque secondes mais…Le fait d’être avec quelqu’un me procurait un sentiment d’apaisement…
*Depuis quand tu n’as pas été en compagnie de quelqu’un Elias ?...Putain…*

-Attention ça va piquer un peu.

Un sursaut. Puis un retour à la conscience. Perdu dans mes pensées je n’avais pas entendu Orwen revenir avec tout l’attirail qui allait me faire passer un sal quart d’heure.
Elle venait d’attraper mes mains….Et rien que ce geste me fit déjà tiquer légèrement au niveau du visage.
*Arrete de faire ta gamine Elias ! C’est pas si douloureux* Pensais-je.

Mais ce n’est que lorsqu’elle appliqua les produits sur mes blessures…Que là oui…Un léger grognement de douleur, se fit entendre du plus profond de ma gorge, suivit d’un léger spasme aux mains.
Au moins ça avait le mérite de me faire réagir ce truc…

Pendant les quelques minutes où Orwen s’appliquait à s’occuper de moi je la fixais d’une manière douce et sereine. Son visage et sa douceur me calmait. On pouvait même dire qu’elle m’aidait à m’apaiser. Je ne sais pas vraiment pourquoi d’ailleurs…Mais je pense tout simplement que cela faisait du bien de sentir quelqu’un à mes côtés. De ne plus être ….Seul…

-Merci…

Un mot sorti d’une manière très douce et vraie lorsqu’elle s’apprêtait à enrouler mes mains maintenant complètement anesthésiées par le produit dans des bandes de soin.
Je la fixais toujours et bien que mon regard brumeux fût encore présent, je remerciais comme je le pouvais du regard cette fille qui comptait énormément pour moi.

-Et encore une fois je suis désolé que tu aies eu à subir ça…

Ma voix restait rauque et saccadé. Je pense que j’allais avoir cette nouvelle tonalité un petit moment…J’avais très certainement dû m’éclater les cordes vocales à crier comme un taré. Et puis…Ces petits vidages d’estomac n’avaient pas non plus aidé mes cordes vocales à cause de la bile.

Lâchant un léger frisson suite à la fatigue et l’alcool, je m’enroulai encore un peu plus dans ce plaid…L’esprit vague et triste. Orwen venait de me rappeler des moments de mon enfance lorsque ma mère me soignait mes plaies après les claques de mon père.
L’alcool était tellement bien pour oublier…Mais le retour de médaille lors de la descente putain…Comme si tous les sentiments mis entre parenthèses le temps de la picole, resurgissaient tous d’un coup et au même moment.



Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Mar 19 Sep - 14:35
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™

Elle savait qu'à l'application ce produit pouvait faire ressortir toute sorte de réaction chez la victime. Mais en tant que scientifique, les produits qu'elle avait chez elle étaient de sa propre confection, et elle avait certainement un peu trop dosé l'alcool dans ce désinfectant. Mais sur cette planète, elle avait appris qu'avec un tel climat il fallait parfois doubler les doses pour que ce soit efficace et ne courir aucun risque sur une potentielle future infection. Elle comprenait donc la grimace qui traversait parfois le visage d'Elias, mais elle parvint à ne pas se laisser déconcentrer. Elle n'avait pas le choix d'aller au bout, que ça lui fasse mal de le voir ainsi ou non. Elle ne pouvait pas courir ce risque, et mettre la vie de son ami en danger. Certes, ce n'étaient que des mains mais les hommes n'étaient pas au courant de tous les risques d'une infection ici, malgré des années à y régner, ils n'étaient jamais assez prudents. Une fois terminé, elle lui lança un léger sourire bienveillant et se redressa, hochant la tête quand il la remercia pour son travail. C'était normal qu'elle fasse tout ça pour pour lui. Il était un grand ami, elle l'appréciait beaucoup et le voir couler aussi vite la rendait dingue, même si elle faisait tous les efforts possible pour ne pas le montrer. Elle aussi avait mal, à sa manière, elle souffrait, de cette relation avec le méta qu'elle entretenait depuis quelques temps. Ses sentiments se développaient de jour en jour, alors qu'au fond, cela même leur était interdit par les deux peuples, incapables de faire une trêve. Mais elle avait indéniablement besoin de lui, même si aujourd'hui, elle se devait de mettre cette relation de côté pour se concentrer sur ce qui comptait vraiment, en l'occurrence, Elias. Oublier ce que son père a fait à Gamon et la volonté de son compagnon de tuer ce dernier pour se venger. Elle s'était enfermée dans une boucle infernale et sans fin à laquelle elle repensait dès que son regard se posait, comme ce soir, sur cette statuette sur l'étagère, à l'effigie d'un loup endormi. Un cadeau de John, qui l'apaisait cependant. Elle soupira donc, et reposa son regard plus triste cette fois sur Elias, posant sa main sur son épaule d'un geste qui se voulait rassurant. Il ne valait mieux pas qu'il sache pour tout ce qu'elle cachait. Elle se contentait donc de sourire un peu, ne laissant rien paraître, ou du moins, essayant. « Je te laisse de l'eau, essaies de dormir un peu. » Prenant une dernière respiration, elle ramasse tous les produits qui lui ont servi à désinfecter ses mains blessés et elle quitte la pièce, gagnant ma chambre après avoir éteint les lumières après avoir vérifié que son invité ait le visage plus paisible. Là, elle range tout ces produits qu'elle ne veut plus voir et s'engage dans une toilette rapide, n'ayant plus énormément de rations d'eau pour la semaine, avant de venir se glisser sous les draps. Malheureusement, elle ne parvint pas à trouver le sommeil tout de suite. Elle s'en veut de l'avoir laissé sur une simple banquette avec une couverture qui sentait le loup. En vérité, c'est ce détail qui la rendait aussi anxieuse, comme s'il allait s'en rendre compte tout de suite et la capturer pendant son sommeil pour l'offrir en récompense au gouvernement. Même si elle avait toute confiance en cet homme, elle connaissait son métier et se doutait bien que quand on était un chasseur, la pitié n'était pas permise, et il fallait à tout prix éliminer les potentielles menaces du gouvernement avant que les dégâts ne se répandent aux oreilles du peuple, les incitant à leur tour à se révolter inutilement. Une boule se forma dans sa poitrine, et elle se retourna une nouvelle fois dans les draps, observant maintenant le plafond. Elle essayait de s'imaginer une présence réconfortante à ses côtés, la rassurant, lui disant que ça allait bien se passer, lui soufflant des mots doux à l'oreille qui l'aideraient enfin à se sentir à sa place. Ce n'était pourtant pas le cas, et elle regretta de ne pas pouvoir, comme à son habitude, sortir au milieu de la nuit et parcourir les rues pour le retrouver. Soupirant, elle se mit sur le dos, serrant un peu plus la couverture autour d'elle, fixant le plafond comme si sa vie en dépendait. La maison était toujours aussi calme, ce qui n'aidait pas son esprit à se calmer. Elle essaya alors d'imaginer tout ce qu'elle aurait pu faire si elle avait été de cette époque où tout allait presque bien sur Terre. Elle aurait eu des histoires d'amour sans intérêt comme elle le faisait avant de rencontrer le méta, elle ne se serait jamais souciée d'avoir à se cacher, à cacher ses fréquentations. Elle aurait voulu passer son temps à retrouver un amant sans avoir à se préoccuper de faire un enfant pour satisfaire le gouvernement. Elle aurait pu courir pieds nus dans une herbe fraîche. Des pensées apaisantes, qui réussirent enfin à lui faire trouver le sommeil pour quelques heures. A son réveil, elle pensait à toutes ces bonnes choses et elle laissa un sourire habiller son visage, oubliant momentanément la présence d'un invité dans la pièce juste sous ses pieds. Elle se releva alors et s'enroula dans un long peignoir assez chaud pour la saison et décida de descendre les escaliers discrètement. En bas, le silence régnait également, les rayons du soleil s'infiltrant par les fenêtres baignant la pièce d'une lumière rassurante. Elle fit le moins de bruit possible pour traverser la pièce et ne pas déranger son ami, et se mit alors à couper quelques fruits pour le petit déjeuner, réalisant une salade assez copieuse pour deux personnes, attendant sagement le réveil d'Elias.

1020 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Sam 23 Sep - 16:42
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




L’application de l’alcool sur mes mains eu pour effet de me tordre de douleur intérieurement. Canalisant cette douleur physiquement en me contentant de quelques grimaces et de léger grognement, je me taisais. La regardant faire tout en culpabilisant déjà de ce qui allait m’attendre demain…Gueule de bois…Mains hors service…Je sens que mon Lieutenant allait me sortir une véritable beuglante.

Bien que le traitement fut rapide en soit, j’eus l’impression que ce soin dura des dizaines et dizaines de minutes. Me rappelant ma mère et mon passé, je laissais le temps s’écouler tout en me remémorant mon passé. Je n’étais pas non plus à plaindre… Après tout j’avais juste été battu durant de longues années…Mais l’alcool avait la magie et les bienfaits de te remémorer tout ça en pleine gueule à la moindre action qui te rappelait des souvenirs.
Une fois terminé, je lâcha un léger soupire. La douleur était enfin moins forte…Et je pouvais enfin me détendre. Lâchant un léger hochement de tête de remerciement à Orwen lorsque je la vis se relever.
Elle semblait ailleurs malgré le fait que je vis un petit sourire s’échapper de son visage. Bien qu’interrogateur je ne dis rien. Me contentant de la regarder et me jurant de lui en parler une fois en meilleur état pour une discussion.

J’avais envie de me lever. La laisser tranquille et partir dormir chez moi qui n’étais au final plus si loin… Mais mes membres semblaient en décider autrement. Même ma tête et mon abdomen était à contre sens de mes pensées, commençant peu à peu à m’allonger sur la banquette de son salon.

-Je te laisse de l'eau, essaies de dormir un peu.

Je n’eus le temps d’écouter la fin de la phrase, qu’en un rien de temps je m’endormis sous le poids de la fatigue.
Une nuit qui fut sous le signe du cauchemar pour moi. Je rêvais de cette nuit. De la nuit de la fuite des métas. Il y avait des cris…Du sang…Des hurlements de loup…Et moi au milieu, qui n’arrivais à rien faire me contentant de regarder. J’avais chaud et je gesticulais dans tous les sens. A tel point que cette nuit-là je me tira de mon sommeil plusieurs fois en nage. Chaque reveil était un véritable supplice. Que cela soit d’ordre moral pour les souvenirs et mon erreur d’avoir quitté la capitale, mais également pour mon corps et mes mains qui me tordaient de douleur.
La nuit fut longue…Très longue…Imaginant des scenarios et des « et si », je refaisais le monde dans mes cauchemars sur l’avenir qu’aurait pu avoir Legacy si j’avais été là ce soir-là. Au lieu de tenter d’impressionner mon supérieur sur le terrain… Je voyais mes parents vivant. Je voyais les métas contrôlé et en cage à nouveau…

Ce n’est que quelques heures plus tard que je me réveillai par un bruit étrange non loin de moi. Des bruits de couteau qui reflétait dans mon rêve comme des bruits de mitraillette. Levant les yeux doucement tout en cachant ces derniers avec ma main que je cala au-dessus de mes yeux, je tentais d’éviter les rayons du soleil qui agressait ces derniers. Lâchant un léger soupir suivi d’un bâillement, je me contractai de toute part afin de m’étirer.

Me frottant finalement les yeux, un petit grognement se fit entendre lorsque la douleur suite à ce geste me rappela que oui…J’allais souffrir de mes mains aujourd’hui, et très certainement encore demain… Et après-demain…
Craquant ma tête de gauche à droite, je me levai ensuite avec peine, me redressant en position assise un long moment tout en comatant, coude contre cuisse et main contre tempe.
La bruit du couteau sur la planche en bois me donnait un profond mal de crâne. Je ne devais vraiment pas être beau à voir ce matin. Entre ma gorge qui raclait à cause de mes dégurgitassions de la veilles, mes sueurs froide de la nuit qui me donnait une odeur peut envieuse, et mes bandages sur les mains qui laissaient transparaitre de légères marque de sang sur le bout de mes phalanges… On pouvait dire que je ressemblais parfaitement à mon père maintenant.

Je mis 5 bonnes minutes, avant de finalement réussir à me lever. Et voilà un nouveau soupir. Et voilà un nouvel étirement.
Regardant autour de moi, je mis une main rapide dans mes cheveux pour tenter d’être un minimum présentable, puis je me rapprochai du lieu où j’avais entendu un peu plus tôt ces bruits.
Quelques pas plus loin, j’aperçu enfin le visage d’Orwen. Un visage qui…Me mit à la fois mal à l’aise suite à mes bêtises de la veille, mais également dans un profond soulagement de bien-être. Je n’étais pas seul…Pas encore….

M’adossant contre la paroi de la porte de la cuisine, je la regardais cuisiner.

-Hey….

Je tentai un léger sourire gêné tout en regardant ce qu’elle préparait

-ça a l’air bon…

Soupirant une nouvelle fois tout en avançant un peu plus vers Orwen je m’approchais de la table de la cuisine d’un air quelque peu distant et triste cette fois. Posant une de mes mains contre le rebord de la table, je repris.

-Je voulais te dire vis-à-vis d’hier… Je suis désolé t’aurais pas dû voir ça.  J’ai…J’ai complètement vrillé…

Je regardais Orwen avec insistance. J’avais envie de la prendre dans les bras pour la remercier encore et encore…Mais je me sentais horriblement fautif.




Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Dim 24 Sep - 10:09
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™️

Elle ne l'a pas entendu arriver, elle ne se rend compte de sa présence non loin d'elle que quelques secondes plus tard, lorsqu'il s'adresse à elle. Elle laisse son couteau en suspens et lève la tête vers lui, souriant grandement en le voyant, même s'il n'avait pas aussi bonne mine qu'elle l'avait espéré. Il devait sûrement ressenti les effets secondaires de l'alcool, et de cette douleur qui devait s'être réveillée dans ses mains, se dit-elle en jetant un regard vers celles-ci. Au moins, elles avaient arrêté de rendre du sang, c'était un bon début. C'est en revenant au découpage de ses fruits qu'elle prit enfin la parole pour le saluer. « Salut. » Elle ne savait pas trop quoi dire d'autre, souriant quand il assura que le petit déjeuner semblait bon. Elle n'avait pas vraiment l'habitude de cuisiner pour les autres, si on pouvait appeler ça de la cuisine. Elle se contentait seulement de mélanger des ingrédients qu'elle pensait bon ensemble et passait à table. Elle y prenait moins de goût qu'en mélange ses formules scientifiques mais si elle ne voulait pas se lasser des fruits et légumes dont la quantité était déjà maigre elle estimait ne pas avoir le choix de s'y mettre plus sérieusement. Elle sépara ensuite le contenu dans deux bols pour chacun d'entre eux, puis se retourna vers son ami en l'entendant s'excuser de nouveau. Elle haussa les épaules comme si ce n'était rien et après un court instant d'hésitation elle se rapprocha de lui pour le prendre rapidement dans ses bras afin de le rassurer. Elle comprenait son point de vue, l'être humain ayant une grande fierté, même sur Réa. Elle le relâcha ensuite et lui tapota l'épaule en riant doucement pour détendre l'atmosphère. « Tu sais, ça peut arriver à tout le monde. » Lui lançant un clin d'oeil, elle se retourna pour attraper des cuillères et les bols qu'elle posa sur la table avant de s'installer et d'intimer à Elias de faire de même. Mais elle ne comptait pas s'arrêter là, elle était trop curieuse de savoir pourquoi son ami s'était mis dans un tel état. « Pourquoi t'en es arrivé là ? Disons que ça ne te ressemble pas. » Orwen voyait rarement les gens de son entourage boire à ce point-là. L'alcool était une denrée rare et bien conservée depuis des années. Elle plongea alors son regard dans celui du blond, tentant de voir ce qu'il pouvait bien cacher. Elle aussi, cachait des choses, et il le valait sûrement mieux. Les gens avaient tendance à la trouver fragile, et du coup à la surprotéger. Aujourd'hui, elle estimait ne pas avoir besoin de tout cela. Elle pensait qu'elle se baladait toujours sans rien craindre dehors, même si c'était faux. Elle avait déjà failli se faire embarquer, l'autre soir. Tout ça pour une imprudence qui n'avait pas lieu d'être. Personne n'était au courant, et elle comptait bien sur sa discrétion habituelle pour ne pas que ça se sache. Une humaine sur le dos d'un loup, ça passait rarement inaperçu. Tant de pensées qui la firent rougir. Elle détourna alors le regard sur ses fruits coupés et commença à manger, son ventre la remerciant grandement de ce repas qu'il n'avait pas eu la veille au soir.  « Est-ce que ça a un rapport avec la nuit de l'évasion ? Mon père m'en a parlé. Certains gardes se sont fait attaqué, tu fais partie de ce groupe ? » se mordillant la lèvre, elle soupira et secoua vivement la tête. Elle se rendit soudainement compte que sa question était stupide et qu'il aurait mieux valu se taire, pour une fois. Mais c'était trop tard, elle espérait juste qu'Elias ne réagisse pas trop mal.

669 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias N. Curtis
Chasseur
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 24/08/2017
Mer 27 Sep - 14:12
But I'm a creep, I'm a weirdo
Elias X Orwen




Mon excuse se transforma ensuite en une rapide accolade d’Orwen. Un geste qui me fit un bien fou bien que rapide. La chaleur d’un corps humain contre ma peau. Une odeur qui n’était pas la mienne. Ça peut paraitre bête, surtout lorsque ces sensations sont ressentie par un mec de mon style. Après tout je savais bien ce que je dégageais de mes congénères…Un homme froid, mystérieux, qui ne se laisse approcher par personne. Mais pourtant et encore aujourd’hui malgré ma haine envers les métas qui consumait mon âme… J’arrivais à ressentir. J’arrivais à me sentir vivant.

-Tu sais, ça peut arriver à tout le monde.

Je me contentai de sourire à mon tour timidement tout en baissant légèrement la tête. Cette fille avait beau être plus jeune que moi, sa présence me rassurait et me donnait encore envie de croire à une rédemption. A un monde meilleur.
Lorsqu’elle attrapa les bols et ustensiles, je me contentai de la suivre vers la table. M’asseyant avec peine sur la chaise afin de lui faire face.

-Pourquoi t'en es arrivé là ? Disons que ça ne te ressemble pas.
-Ouais…*cale une de mes mains dans ma chevelure* Ce n’est pas comme si je me reconnaissais en ce moment.

Voyant Orwen me fixer avec insistance, je me contentai de baisser le regard vers le bol de nourriture. Attrapant un bout de fruit, je tentai de l’astiquer en espérant qu’elle change de sujet. Très peu de gens connaissait le fin mot de mon passé lors de la terrible nuit de la fuite des métas. Et je savais que pour beaucoup de personnes…Cette prise d’alcool et mes parents qui étaient liés à cette histoire…Pouvait en quelque sorte me démanteler de la patrouille de recherches. Personne ne devait être au courant…C’est ce qu’on c’était juré moi et mon frère…Du peu de choses qu’on se disait du moins.

-Est-ce que ça a un rapport avec la nuit de l'évasion ? Mon père m'en a parlé. Certains gardes se sont fait attaqué, tu fais partie de ce groupe ?

Cette question me mit dans un état de pétrification le temps de quelques secondes. Fixant le bol avant de finalement reposer ma cuillère, je mis quelques instants avant de relever mon regard vers Orwen. J’espérais qu’elle ne fasse pas le rapprochement de cette nuit. Qu’elle se contente de me couver et qu’on s’en arrête là…

Un petit raclement de gorge se produisit. Je savais que je ne pouvais en parler à personne. Mais ce petit bout de femme était comme une grande amie et l’idée de lui mentir ne faisait partie de ma personne. Je lui devais bien ça…. Et c’est après quelques secondes où je réfléchissais à la meilleure réponse possible, que je me lançai.

-Si je t’en parle…Tu me promets de le garder pour toi ? Ces informations pourraient me couter ma place…

Fixant Orwen avec insistance tout en réfléchissant à comment formuler au mieux mon histoire, je me massai légèrement les tempes avant de reprendre, faisant tomber mon masque et mes armes.

-La nuit de l’évasion….Je n’étais pas à mon poste…Je n’étais même pas sur la capitale.

Un soupire se fit entendre avant de finalement faire tomber mes mains sur le rebord de la table. Mon regard était fuyant et horriblement triste à regarder. Je repensais à cette nuit. A ces erreurs commises. Aux personnes que j’aurais pu sauver. Le regard vide, regardant un point fixe de la table, je repris.

-J’étais en train de chasser l’alpha…Espérant pouvoir me mettre mon supérieur dans la poche… Et ce n’est que quelques heures après que j’ai entendu des cris en ville… *mes yeux devinrent rouge* Il y avait cette femme au milieu du boulevard qui hurlait la mort de son mari…Il était déchiqueté on ne reconnaissait même plus son visage. Il y avait ces enfants qui couraient et hurlaient dans la rue pour se cacher. Des…Loups qui couraient dans tous les sens suivis de mes collègues avec des torches… J’étais impuissant.

Ma tête tomba suite à ces paroles. Je me remémorais chaque moment de la scène. Chaque cri. Chaque parole. Chaque émotion.

-Et puis je suis arrivé vers la navette. Il n’y avait plus personne si ce n’est une mare de sang….Et mes parents...

N’ayant la force de continuer, je serrait mes poings d’une force que le bandage laissa apparaître une petite tache de sang nouvelle et fraîche. Je me retenais de pleurer. De paraître pour une mauviette.

-J’ai juste craqué hier...T'aurais pas du voir ça





Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Jeu 28 Sep - 19:04
détails
But I'm a creep, I'm a weirdo
But I'm a creep, I'm a weirdo
ft. Elias N. Curtis
Ʃkaemp はは ™️

Elle mit une nouvelle bouchée de fruits dans la bouche, attendant patiemment qu'il se mette à parler, après avoir hoché la tête et promis : « Je dirais rien, tu as ma parole. », même si elle aurait bien voulu qu'il se taise une fois que ce fut fait. Elle n'avait pas voulu raviver la douleur de ce qu'il s'était passé. Elle écoutait, mais son visage se décomposait clairement, incapable de dire un seul mot pour le rassurer. Elle imaginait très bien la scène, même s'il elle ne l'avait pas directement vécue. Cette nuit-là, elle aussi, avait été une fuyarde. Sous ordre de son père, elle s'était barricadée chez elle, dans le noir, assise sur cette même banquette où il avait dormi à broyer du noir, à avoir peur que ses parents ne périssent. Elle avait voulu franchir le pas de la porte, mais elle en avait été incapable. Les hurlements de ceux qui venaient de se faire dévorer parce qu'ils étaient par mégarde sur leur chemin lui déchirait les oreilles. Les meubles devant la porte, elle avait attendu, ravalant ses larmes pour se faire le plus discrète possible. Elle avait essayé de les sauver, en vain. Et maintenant qu'ils avaient réussi, elle pleurait. Parce qu'elle ne supportait pas d'entendre cette douleur, mais aussi parce qu'elle était heureuse qu'ils soient arrivés à leur fin. Soupirant, elle replongea brusquement dans le présent, son regard, plus triste, se posant sur Elias. « Je suis désolée pour tes parents. » souffla-t-elle alors, baissant les yeux vers ses mains. Elle voyait à quel point la haine l'habitait, alors qu'elle, parvenait à garder son calme. Mais une question persistait : y arriverait-elle si cela lui arrivait ? Elle prit alors les mains de son ami dans les siennes, pour lui témoigner de son aide, s'imaginait elle-même perdre ses parents. Le décès de sa mère serait probablement plus douloureux que celui de son père. Celui-ci n'était pas doux avec elle, bien au contraire, il lui reprochait sans cesse ses faits et gestes, usant même de la violence. Mais au fond, sa mère ne valait pas mieux. Elle avait juste regardé son mari frapper sa fille, ne tentant même pas de l'arrêter, n'ayant aucune volonté de soutenir son enfant, son unique enfant. « Promets-moi que tu ne recommenceras pas. » lança-t-elle alors, assez fermement pour qu'il le fasse. Cela se voyait dans son regard, elle s'inquiétait pour lui, pour ce qu'il pourrait faire de cette rage. Cet alpha, s'il le recroiserait, parviendrait-il à se retenir de l'égorger ? Fermant un instant les yeux pour retirer les images qu'elle avait elle-même envoyé à son cerveau. Finalement, elle replongea son regard dans celui du chasseur, se mordillant la lèvre, hésitante. Finalement, elle se décida à lancer le fond de sa pensée, gardant ses mains dans les siennes pour l'empêcher fuir cette conversation, ou de s'énerver. « Je ne pense pas que le tuer soit la bonne solution. Tu ne seras pas plus soulagé. Et... » Prenant une grande inspiration, elle osa continuer, plus bas, prête à se taire si cela était nécessaire. « Tu ne vaudrais pas mieux que lui. Les loups et les humains ont chacun leurs défauts. Nous ne sommes pas des tueurs nés, et eux non plus. Je pense qu'ils peuvent être bons, tout comme nous pouvons être mauvais. » Elle espérait seulement ne pas avoir l'air de cacher trop de choses à ce sujet. Elle pourrait bien se justifier en disant avoir vu ces loups servir de cobayes, elle cacherait toujours une part de vérité.

620 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "I'm a creep I'm a weirdo what the hell am I doing here I don't belong here" Ҩ Creepy Girl
» ♍ You're Not In On the Joke - Cobra Starship ♪
» you creep me out
» [Maddie/Maze] Creep
» Nashville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alpha Legacy :: Legacy :: Partie Nord :: Le parlement-
Sauter vers: