AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 What happen to us ~ Ft. Orwen

avatar
Fondatrice - GX-222
Messages : 709
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 33
Localisation : Grotte gelée
GIF : xxxx
Lun 9 Oct - 11:14
Orwen
&
Gamon
Safe and sound
Nous nous étions perdu l'un contre l'autre. Frappant nos corps de la violence de nos désirs profond, nous nous étions aimé le temps d'une nuit. Elle avait été ma muse, j'avais été sa perdition. Un pas de plus vers la souffrance qu'un tel lien pouvait créer. Animal et humain. L'essai avait pourtant été mauvais envers nos pairs, alors pourquoi nous entêtions nous donc à se vouloir, se désirer? N'était-ce là un signe de notre folie profonde?
Je pensais à elle. Je ne m'étais pourtant pas résigner à aller la retrouver. M'avait-elle attendu? Avait-elle pensé à moi comme j'avais pu le faire pour elle?

voilà désormais plus d'un mois que nous étions libre et les choses allaient commencer à bouger, tout du moins je l’espérais. Mais pour moi, rien n'était véritablement certains. Derek m'avait aperçu avec Orwen et aller la retrouver n'était pas sans risque. Si Riley ou Ellie l'apprenait, qu'allait-il se passer? Accepteraient-elles ce revirement de situation? L'acceptais-je moi -même? Je tentais de convaincre mon esprit lupin de ne pas la revoir mais au fond de moi, il me manquait quelque chose. Son regard, ses caresses, sa présence. Tout cela m'avait plu, m'avait conforté. Il fallait se l'avouer.. Que faire alors?

Je prenais forme humaine, enfilant le costume qu'elle m'avait rapiécé. Je me dirigeais vers le marché. J'avais quelques denrées à trouver aujourd'hui. Attrapant un sac en lin que je fis pendouiller à mon épaule avec des objets inutiles que nous avions récolté, volé, pillé, j'allais tenter d'en échanger quelques uns contre des victuailles. Eh! Un peu de pacifisme dans ce monde de brutes vous avez -vu ?!

Alors que je marchais entre les étalages, mes pensées perdues dans le lointain, je cherchais du regard un quelconque produit digne d'intérêt. Toujours méfiant quant à mon visage, je vissais, juste pour vérifier, un peu mieux ma capuche sur mon crâne.

- Alors m'sieurs, vous cherchez quoi d'bon!?

D'une voix timide et dissimilée je lui répondais:

- Rien que vous ne possédiez.

Puis je m'écartais de son stand pour éviter que trop de regards se posent sur moi. Je devais rester discret. Certains connaissaient mon visage... comme ce militaire qui avait juré de tuer les miens par exemple.
Bref, je continuais à tanguer entre les commerces de fortunes quand une silhouette m'interpellait. Je la reconnaîtrais parmi mille. Petite, élancée, avec une capuche sur le sommet du crâne. Je m'approchais d'elle, une main en avant au travers de la foule quand l'alarme de la ville résonnait alors. Une tempête de sable. C'était fréquent en cette période pourtant nous n'en avions pas eut depuis notre libération. Même dans les laboratoires, elle résonnait. Les fenêtres étaient alors closes avec soin. Je savais les dégâts que ce pouvait créer. La foule se mit à paniquer et Orwen me parut presque inaccessible. Pris d'une angoisse, je poussais désormais les gens pour l'attraper, la protéger et l'emmener dans un endroit où je pourrais la protéger. Attrapant son poignet à l'arraché, je la tirai vers moi. Plaquant mes mains sur les deux côtés de son visage pour qu'elle me voit, je glissais un rassuré: Orwen... à son encontre.
Lui souriant, je repris son poignet et l'attirait vers un coin du marché à l'abris de la tempête. Plus exactement sous un stand de pierre qui ne risquait pas de s'envoler.

- Aujourd'hui c'est moi qui te sauve.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alpha-legacy.forumactif.com
avatar
Scientifique
Messages : 401
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Mer 11 Oct - 16:47
détails
What happen to us ?
It wasn't a good idea
ft. Gamon
Ʃkaemp はは ™️

Elle parcourait les rayons avec précaution mais aussi avec hâte, la main tremblante, son esprit déjà ailleurs. Ses expériences avancent bien depuis ces dernières semaines. Elle est parvenue à se détacher de tous ces sentiments gênants que son père ne voulait pas qu'elle développe. Aujourd'hui, il était fier de sa fille, et il pouvait enfin lui faire voir ce que c'était qu'être scientifique et de faire du bon travail. Il suffisait d'assortir bon nombre de produits pour obtenir la mixture parfaite, à assembler si possible dans une seringue avant de la planter sans scrupule dans la peau de ces louveteaux qui étaient désormais leurs cobayes. Il y avait eu bien des mères porteuses parmi les louves, et rares étaient celles qui avaient pu élever leur progéniture. Orwen en avait désormais trois à sa charge, ayant changé de laboratoire pour avoir plus de place et surtout une cage dans laquelle elle se devait de les enfermer et de les observer jour après jour, n'oubliant pas les examens presque quotidiens pour voir comment ils évoluaient. La jeune femme était fière de voir que l'un d'eux se portait à merveille. Il continuait à grandir à une vitesse phénoménale, et supportait de mieux en mieux la douleur qu'engendrait la transformation. Car oui, contrairement à ce que son père pensait, il était possible d'aider les loups. Et pourtant, au fond d'elle, elle se sentait vide, elle se sentait changée. Elle avait déjà oublié une grande partie de son passé pour se concentrer sur ce qui était vraiment nécessaire. Pourtant, elle se sentait comme un monstre. Son âme s'était perdue à la minute même où la première aiguille avait été plantée dans la chair de ce petit loup. Elle avait alors commencé à se renfermer dans son laboratoire, sortant seulement quand il était nécessaire d'aller chercher des produits nouveaux au marché, comme aujourd'hui. Les seules personnes qu'elle avait osé voir étaient ses parents, parce qu'ils passaient régulièrement la voir. Elle en avait perdu la notion du temps, elle ignorait combien de temps elle avait passé enfermée, seule, oubliant ses maux. Mais un souvenir restait si frais qu'elle aurait juré qu'il était d'hier : le souvenir de Gamon. Elle essayait de ne pas y penser, mais elle n'y parvenait pas. Et quand elle revoyait son visage peut-être dans une cage alors elle se laissait bercer par la folie. Elle pétait les plombs, se défoulait sur ce qu'elle trouvait à proximité. Mais là, elle n'en pouvait plus, elle avait besoin d'air. De toute façon, les louveteaux s'étaient endormis. Elle quitta alors son labo d'un pas lourd et rapide pour regagner la surface. Mais l'air frais ne lui fit pas plus de bien. La lumière de l'extérieur lui brûla les yeux et elle mit sa main en visière le temps de s'y adapter. Elle referma sa prise sur son manteau de fourrure, se rendant compte que le vent soufflait très fort, plus fort que ce qu'elle pouvait imaginer. Observant les lieux comme une fugitive à la recherche d'un moyen de s'enfuir, elle finit néanmoins par trouver un chemin par lequel passer. Alors, elle l'emprunta, pressant le pas. Quand elle y arriva, elle n'était pas sereine. Elle rabattit alors sa capuche sur sa tête et commença à faire du troc avec les commerçants, jusqu'à ce qu'une sonnerie ne retentisse, lui arrachant presque aussitôt les tympans. Grognant, de la même manière qu'un loup pouvait le faire, elle regarda autour d'elle à la recherche de la direction du potentiel abri, qui, malheureusement, était trop loin. Il n'y avait pas non plus de maison dans laquelle se cacher, c'était un désordre total. Elle voulut alors s'élancer dans la foule mais une main se referma sur son poignet. Pestant, elle se retourna, une grimace de rage lui traversant le visage jusqu'à ce que son cerveau ne reconnaisse cette silhouette, provoquant chez elle un semblant de raison. Elle se laissa guider, parce que son instinct lui soufflait que c'était le seul moyen pour elle de s'en sortir aujourd'hui. Mais une fois à l'abri, son masque de marbre reprit place sur ses traits au départ si doux. Elle confrontait son regard de glace à celui, plus chaud, du méta. Elle avait complètement oublié qu'il avait une dette envers elle, ou plutôt trois, et elle s'en serait bien passé. Pourquoi fallait-il que les loups soient si fidèles à leurs compagnes ? pensa-t-elle alors, regrettant d'être sortie. Elle le repoussa alors avec férocité pour ne plus que leurs corps se touchent et elle s'accroupit dans un coin, observant sauvagement les hommes et femmes qui courraient dans tous les sens, les enfants en pleurs à la recherche de leurs parents. Et les marchands qui peinaient à protéger le fruit de leur dur labeur. Sans compter que l'air s'épaississait de plus en plus, et que ces silhouettes devenaient de plus en plus invisibles, cachées par le sable. Soupirant, elle daigna enfin regarder cette homme qui l'avait tant fait rêvé autrefois. C'était si loin désormais... « Tu devrais faire ce que les loups savent faire de mieux : s'occuper de leur meute et pas des inconnus. » Son ton était froid, glacial. On aurait dit qu'Orwen n'était plus elle-même et qu'elle avait été remplacée par une jumelle maléfique. Au fond d'elle remuait une tempête aussi violente que celle qui s'abattait à l'instant sur Réa. Celle qu'elle était voulait refaire surface mais elle était noyée sous cette avalanche d'émotions. Grimaçant de nouveau, celle-ci tenta de refaire néanmoins un semblant d'apparition, comme si cela pouvait envoyer un signal à Gamon pour qu'il ne se sente pas trop vexé et qu'il ne perde pas espoir, même si le langage du corps humain lui était parfaitement inconnu. « Quoi ? Oui, merci de m'avoir trouvé un abri. »

1019 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondatrice - GX-222
Messages : 709
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 33
Localisation : Grotte gelée
GIF : xxxx
Mar 17 Oct - 10:52
Orwen
&
Gamon
Safe and sound
La force avec laquelle Orwen m'avait repoussé sous l'étalage de pierre m'avait laissé sans voix. Je la regardais elle et sa colère qui imbibait son visage, incapable de réagir. Elle n'avait rien de la femme que j'avais rencontré, rien de la personne dont j'avais découvert le corps et ses secrets le temps d'une nuit ardante, brûlante. Mes sourcils se froncèrent alors qu'elle me lâchait, acerbe, sa phrase quant au fait que je devrais protéger les miens, pas des inconnus. Mon coeur se mit à cogner dans ma poitrine, un goût de bile me remontait dans la gorge, j'avais perdu tout calme Olympien, mes traits ne refletant plus que le mépris de son ton. Car il ne fallait pas oublier ce que j'étais, un loup, un méta, une bête sauvage, et dans ce monde qui était le mien, le respect était primordial. On ne venait pas attaquer un mâle sans en payer les conséquences. Je fermais les points alors que je regardais ce visage à côté de moi, complètement fermé, impassible. J'étais en colère. En colère de l'avoir aider pour ne me prendre qu'une nuée vulgaire de mots que je ne pensais pas mériter. A quoi s'attendait-elle? Pourquoi était-elle ainsi? Dans ce monde si sauvage qu'était le nôtre, avait-elle cru que nous pourrions vivre cette idylle librement?
Non... C'était tout autre. Quelque chose en elle avait changé. Quelque chose de plus ... Profond. A mesure que je la regardais, j'avais l'impression qu'une ombre se dessinait derrière elle. Une ombre particulièrement familière... Ryan!

Je m'écartais alors, prenais une grande inspiration. Calme-toi... Ce n'est pas lui... Elle est juste... Agacée. Je tentais de me convaincre. Si je n'avais jusqu'à aujourd'hui, jamais eu de femelle, je me souvenais de la patience qu'avait mon père avec ma mère. Je devais en faire autant. Respirant, et soufflant alors que l'air commençait à m'étouffer, je mis de côté dans mon esprit ce passage indélicat. Pour l'instant, l'heure n'était pas à la colère. Nous devions nous protéger et quand bien même elle me rejetterait, je lui devais la vie, alors j'allais faire en sorte que cette tempête ne nous blesserait pas, puis si son souhait était que je disparaisse, je disparaîtrais.

Descendant le sac en toile de mon épaule, j'en vidais le contenu au sol, devant nous. Chaussure, brosse, barres protéinées, tout ça, sûrement envolé dans quelques minutes, si tout du moins, nous ne nous envolions pas avec... Attrapant Orwen avec plus de vigueur je ne lui laissai pas le luxe de mettre de la distance entre nous, de nouveau. Ainsi je lui mis la tête dans le sac en toile, et l'asseyait sur mes genoux alors que moi même, je passais la tête dans le sac, puis je la serrais contre moi pour que nous tenions bon malgré les grains de sables qui s’immisçaient dans notre bouche, notre nez.
La regardant dans l'obscurité de cette toile, je sentais ses yeux se poser sur les miens alors que nos souffles s'entre-mêlaient.

- Tu auras tout le loisir de me fuir quand je serais que tu ne risques plus rien, maintenant tais-toi si c'est ce que tu veux, mais arrête de gigoter!

Nos corps étaient si proches, je sentais son parfum, sa chaleur se dégager de tout son être. Je fermais les yeux et baissait la tête pour tenter d'ôter de mon esprit ses images d'elle nue contre moi tandis que nos corps se perdaient dans la passion et la déraison d'une nuit mouvementée.
C'était un exercice particulièrement difficile pour contenir mes pulsions lupines, car le loup en moi était fou de colère que l'homme ait ainsi cédé à une humaine qui au final, n'était pas si différente des autres... Elle a eut ce qu'elle voulait, maintenant, tu n'es plus qu'un vulgaire toutou à ses yeux... Mais l'humain en moi avait une dette à payer. L'humain en moi, tenait à elle, et une douleur certaine faisait battre mon coeur. Un poison dangereux, celui d'avoir de nouveau l'impression de perdre un être cher, un être qui avait peut être pris trop de place dans mon esprit.
Une cassure. Voilà ce que j'avais l'impression de ressentir. L'impression de n'avoir été qu'un objet, qu'un vulgaire chien qui une fois utilisé, pouvait disparaître sans regret. Etait-elle vraiment ainsi?

Inconsciemment, je resserrais mon étreinte autour d'elle. Je n'avais pas envie qu'elle me laisse ainsi de côté. Je tenais à elle et pourtant, ses mots et son expression étaient clairs... Me renfermant un peu plus, je tentais d'oublier qu'elle était contre moi... Je tentais d'oublier qu'un jour, j'avais pensé qu'elle était différente... Qu'elle pourrait m'apporter quelque chose... de bon... simplement... bon.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alpha-legacy.forumactif.com
avatar
Scientifique
Messages : 401
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Mar 17 Oct - 12:44
détails
What happen to us ?
It wasn't a good idea
ft. Gamon
Ʃkaemp はは ™️

Elle grogne presque de mécontentement en le voyant vider son sac à terre. Pensait-il vraiment que c'était le bon moment pour grignoter ? Ils étaient au milieu d'une tempête de sable, coincés l'un avec l'autre sous un stand qui ne tiendrait pas si cela durait plusieurs heures. Elle ne comprit malheureusement que trop tard ses intentions, et commença à pester quand il usa de la force pour la rapprocher de lui. « C'est pas le moment pour ça, lâche-moi ! » Elle tenta de se débattre, mais voir son visage de si près la choqua presque, et elle cessa immédiatement de bouger, sans même chercher à cacher la moue  qui traversait alors son visage. Tous ces bons souvenirs qu'ils avaient partagés corps et âmes lui revenaient alors en mémoire, comme si on avait tenté de le lui faire oublier pendant le dernier mois passé à l'isolement. Elle sentit même son cœur se mettre à battre plus fort, celle qu'elle était résistant à l'envie de se faire pardonner en l'embrassant, bien que les conditions n'étaient pas réunies pour que ce moment soit véritablement magique. Elle se rappelait alors combien il lui avait manqué, combien elle avait voulu le serrer dans ses bras et ne plus jamais le laisser repartir. L'observant simplement, elle sent au fond d'elle sa part sombre remuer, être dégoûtée de la proximité dont ils faisaient preuve. Et puis, un autre visage se superposa au sien, lui rappelant les doutes et l'enquête qu'elle avait mené sans parvenir à trouver le lien qui les unissait... « Elwë... » murmura-t-elle, un vent de paniquant s'emparant d'elle. Son corps se mit alors à se débattre, à vouloir être relâché pour ne plus que leurs corps se pressent aussi amoureusement l'un contre l'autre. « Elwë ! » répéta-t-elle, paniquée. « Il faut que je la rejoigne. Il faut que je la fasse sortir de là avant qu'il ne soit trop tard, j'ai promis ! » Elle finit par se taire, sentant sa voix s'étrangler, se sentant peu à peu devenir complètement hystérique. Voilà un mois qu'elle n'avait plus pensé à son amie, enfermée dans la cage de son père. Elle n'avait pas eu de véritable conversation depuis tout ce temps, alors que c'était la personne qui en savait le plus sur la relation qu'elle entretenait avec le méta. Retenant un sanglot, Orwen finit par fermer les yeux, tentant de faire le vide dans son esprit. Dire qu'elle l'avait trahie, elle aussi. Dire qu'elle avait tué de ses propres mains, aujourd'hui tremblantes de peur, l'un de ses deux derniers enfants, et qu'il ne lui restait plus que deux louveteaux dont l'identité lui était inconnu. Elle l'avait tué de sang-froid, son instinct de survie ayant pris le dessus. Alors, elle se mit à frotter nerveusement ses mains l'une contre l'autre, rouvrant les yeux, comme si le sang était encore là, comme si son âme furieuse était venue la hanter. « Embrasses-moi ! Non, ne t'approche pas ! Reste où tu es. Mes lèvres ne sont que poison. » Finalement, elle se met à pleurer. Deux parties d'elle étaient en train de se déchirer, de réfléchir à un moyen de s'en sortir. L'une voulait céder et se faire pardonner, l'autre voulait se faire encore plus détester pour se faire oublier, éjecter. Fermant le poing, elle secoua vivement la tête de droite à gauche avant de fermer les yeux, honteuse de ce qu'elle était devenue. « J'ai trop de sang sur mes mains. » pleurniche-t-elle, son visage venant chercher du réconfort dans le cou de Gamon, dont elle avait presque oublié le nom jusqu'ici. Soupirant, elle se colla un peu plus contre lui et referma ses bras autour de son cou comme si sa vie en dépendait. « Il faut que tu sauves Elwë pour moi. Dis-lui que j'ai respecté ma promesse. Que j'ai tué ses enfants pour les empêcher de souffrir. Prends soin d'elle comme j'aurais aimé le faire. Je t'aime. Je l'aime. » Ses paroles n'étaient plus que folie, elle en avait soudainement confiance. Mais elle ne parvenait pas à se calmer, une profonde angoisse s'emparant d'elle. « C'est fini. Orwen n'est plus, elle ne reviendra pas. Partez avant qu'on ne me force à vous tuer. J'ai peur, Gamon. Un jour, je saurais faire l'inverse. Un jour, Orwen trouvera une solution, et pourra elle aussi être des vôtres. Ce jour-là, Orwen te reviendra. » Enfin, elle ouvre les yeux et place son visage face au sien, pour venir lui voler un baiser délicat.

807 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondatrice - GX-222
Messages : 709
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 33
Localisation : Grotte gelée
GIF : xxxx
Mar 24 Oct - 10:08
Orwen
&
Gamon
Safe and sound
Ce qui était beau et affrayant avec la mémoire, c'étai de voir à quel point celle-ci pouvait nous jouer inlassablement des tours, toujours aussi vicieux et douloureux. Des tours qui, une fois que l'on en prenait conscience, pouvaient vous faire l'effet de mille et unes aiguilles plantées dans votre chair.
Mille et unes aiguilles vous injectant le plus insupportable des venins, le plus amer, le plus âpre, le plus...malfaisant. Le venin de l'incertains. Incertain car, ce nom, je l'avais déjà entendu. . .

"Elwë"


Ma mémoire me jouait des tours oui... Mes souvenirs sautèrent en arrière alors que nos corps eux, s'entre-choquaient pendant qu'Orwen perdait contenance.

"-Elwë, je t'en pris, arrête de manger les pattes de ton frère, ce n'est pas un os à ronger... !
- Mais maman... ! J'ai faim ...!
- Dis Elwë...
- Qu'est-ce qui y'a Gamosh ?
- Je t'aimerai toujours tu sais. Alors tu peux manger ma patte.
- Tu vois m'man."


Mes yeux s'entre ouvrèrent en grand alors que ce court souvenir avait imprégné mon être. Elwe.... Se pouvait-il ... Se pouvait-il qu'elle parlait d'elle?
Je regardais avec horreur Orwen tandis qu'elle semblait se perdre dans une folie dont je n'avais nulle mesure.

« Embrasses-moi ! Non, ne t'approche pas ! Reste où tu es. Mes lèvres ne sont que poison. »

Elle se mit à pleurer, je ne comprenais plus rien. Qu'était-ce donc là? Une partie de l'être humain que j'ignorai. Une torture qui semblait diviser son âme en deux telle celles des métas. Je ne savais quoi faire pour elle, j'étais totalement perdu, ébranlé par ce prénom qu'elle avait cité. Elwe...
Puis elle continuait à déverser des mots sur lesquels je n'avais aucune compréhension. Du sang sur les mains? Je n'en avais flairé l'odeur pourtant... Que pouvait bien signifier ces mots? Elle s'accrochait alors à mon cou, mon coeur ne cessait de battre à la chamade, j'étais... vidé. Incapable de penser correctement. Orwen... Elwe ...

« Il faut que tu sauves Elwë pour moi. Dis-lui que j'ai respecté ma promesse. Que j'ai tué ses enfants pour les empêcher de souffrir. Prends soin d'elle comme j'aurais aimé le faire. Je t'aime. Je l'aime. »

Sauver. Respecter. Promesse. Tuer. Souffrir. Je t'aime. Je l'aime.

Je n'étais plus qu'un bloc de marbre qui encaissait les mots, uns à uns.  Les émotions humaines qui traversait celle dont je m'étais épris me frappaient alors que je ne savais comment y réagir. Colère? Désolation? Pardon? Rancœur? Rien qu'un bloc de glace comme ceux qui nous entouraient dans cette grotte immonde. Un bloc qui ne savait quoi répondre, muet, comme outre tombe.

« C'est fini. Orwen n'est plus, elle ne reviendra pas. Partez avant qu'on ne me force à vous tuer. J'ai peur, Gamon. Un jour, je saurais faire l'inverse. Un jour, Orwen trouvera une solution, et pourra elle aussi être des vôtres. Ce jour-là, Orwen te reviendra. »

Mais alors qu'elle se penchait enfin pour m'embrasser, une flamme s'allumait en moi. Fermant d'abord les yeux à son contact, je les rouvris avec vigueur alors qu'enfin, un calcul dangereux se faisait en moi.

Elwë est vivante.
Riley doit savoir.
Ellie aussi.

Je dois la sauver.

J'attrapais les bras d'Orwen pour la détacher de moi. Mon visage ne reflétait plus rien qu'un profond regret. Le regret de ne pouvoir l'aider comme elle en aurait besoin, le regret de devoir la quitter car ma famille était tout ce qui comptait à mes yeux. Le regret, car j'avais choisis Elwë.
Passant une main chaleureuse sur sa tête, caressant ses cheveux sous sa capuche, j'essuyais d'une autre main les larmes qui imbibaient son si doux visage.

" Tu n'es rien de ce que tu me dis Orwen. Tu es une personne magnifique,
ton coeur est plus pur que tous ceux qui m'ont été donner de voir. Merci d'exister."


Je l'embrassais à mon tour. Je ne serai  définir les émotions qui me traversèrent à ce moment précis, encore une fois. De la tristesse peut être? De l'amertume?

Je reculais mon visage du sien après avoir goûter à ce baiser comme si il serait le dernier. Le dernier? Sûrement, car dans mon esprit, je savais très clairement qu'allait suivre, très prochainement,  une mission suicide.
Une mission où très clairement, je m'étais ma peau en jeu. Mais avais-je le choix?
Je caressais une dernière fois son visage avant qu'une grimace n'étire de façon disgracieuse mon visage humain. Une dernière fois avant qu'enfin, ce soit celui que j'étais réellement qui prenne place dans ce sac en toile. Moi, ce loup noir aux yeux bleus, celui qui collait son museau contre le visage d'Orwen en guise d'au revoir, d'adieu, et qui la laissant au milieux d'une tempête violente, courait vers ceux avec qui il mourrait peut être prochainement pour sauver celle qui partageait son sang.

Elwe.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alpha-legacy.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
What happen to us ~ Ft. Orwen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « How could this happen to me ? » •• feat Zadig (ROUE DE L'ECRITURE)
» Lè yo touye ti kochon kreyòl yo, yo fini ak klass peyizan yo.
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» What is going to happen to Cuba after Fidel?
» [Useless] The topic where we write in english

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alpha Legacy :: Legacy :: Partie Sud :: Le marché-
Sauter vers: