Oublier l'enfermement et rêver de liberté [PV Orwen]

 :: Corbeille :: Archive rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Sam 23 Sep - 19:22
Il était là, encore et toujours à l'observer derrière cette vitre qui résistait au moindre des assauts de la louve. La couvant d'un regard jaloux et protecteur. Comment pouvait il penser qu'il la protégeait en la gardant ici en lui faisant subir tests, examens et grossesses. Ne pouvait il pas penser qu'elle serait plus heureuse en liberté ? A l'extérieur et gambadant de ses quatre pattes dans l'herbe ou la neige. Bien qu'elle n'ait jamais vu ni l'un ni l'autre, connaissant les mots que par cette jeune femme qui venait lui enseigner le langage humain et d'autres petites choses.

Ryan hocha doucement la tête vers un autre homme qui attendait dans le sas et la porte s'ouvrit. Un plateau glissa sur le sol et la porte se referma avant qu'elle ne put se jeter dans l'espace qui s'était ouvert. Grondant de rage lorsque son flanc cogna contre ce métal froid qui la gardait ici. Sur le plateau, une assiette et non une gamelle. Il s'attendait donc à la voir manger en tant que femme et non en tant que louve.

Elwë tourna quelques instants dans sa cage, avant de changer de forme. Entièrement nue, elle se glissa dans une robe vaporeuse qui lui tombait aux genoux et fit alors face a l'homme. S'approchant de la vitre qu'elle effleura du bout des doigts, pas encore vraiment habituée a toutes les sensations qu'elle ressentait sous cette apparence et le perçant de son regard bleu acier. Elle articula un murmure, sa demande de la laisser sortir. Son corps se pressant tout contre le froid de la vitre dans sa fausse supplique. Mais, il ne dit rien et désigna simplement le plateau d'un signe de tête, avant de partir. La laissant de nouveau seule.

Un hurlement de rage résonna dans sa cage et elle frappa le verre épais jusqu'à s'en faire mal aux mains. Celles ci rougit et douloureuses, elle les regarda et se laissa glisser sur le sol. Ramenant le plateau à elle pour manger le contenu. Ne faisant pas plus la difficile sur les repas, parce qu'elle avait faim depuis son dernière repas qui datait de l'avant veille au soir. Trop en colère la veille pour manger, elle avait juste jeté le plateau contre la porte et n'avait donc rien eut le soir. Ayant encore passé une batterie de tests le matin, ce qui était assez épuisant lorsqu'on se débattait pour tout.

D'ailleurs, elle n'avait pas vu cette femme depuis.. deux jours ? Trois ? Peut être quatre ? Comment pouvait elle mettre une réelle durée sans voir rien d'autre que les trois murs de métal et les néons à travers la vitre. Orwen qu'elle s'appelait. Etrangement, la louve ne ressentait plus d'animosité envers elle. Et elle l'avait même laissé approcher sans chercher à s'enfuir lorsqu'elle était entrée.

Après son repas, elle se glissa sous la couverture qui gisait sur son matelas et ferma les yeux. La fatigue eut raison d'elle et doucement, Elwë finit par sombrer dans le sommeil. Redevenant louve inconsciemment, ce qui eut pour effet de déchirer sa jolie robe.
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Dim 24 Sep - 10:52
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

Maniant de nouveau des produits toxiques, elle avait pris soin de fermer son laboratoire pour que personne ne vienne la déranger dans son travail. Son père avait exigé qu'elle teste de nouveaux sérums, en utilisant des produits plus dangereux, car il trouvait que ceux qu'elle utilisaient étaient trop légers et pas assez destructeurs sur les loups. Encore une chose qui la faisait frissonner de tout son long, lui rappelant à quel point il pouvait être le pire père du monde. Elle n'avait rien dit, juste accepté même si elle n'allait certainement pas lui donner ces formules là dès qu'elle aurait abouti quelque chose. Elle avait juste peur que, comme la dernière fois, il laisse l'excédent de colère le transcender, la frappant une nouvelle fois. La marque sur sa joue s'était estompée mais il y en restait encore une trace, que la scientifique passait son temps à camoufler sous une épaisse couche de maquillage afin de passer inaperçu. Parce qu'elle savait pertinemment que si on la voyait ainsi, son père se débrouillerait pour lancer une rumeur : celle d'un loup ayant attaqué sa fille sous sa forme humaine parce qu'elle s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Il trouverait le moyen de faire envoyer d'autres troupes à la recherche de ces métas, décidant de tous les massacrer. Cette pensée fit trembler ses doigts, et elle visa à côté de l'erlenmeyer, soupirant de rage. Depuis quelques temps, ses pensées étaient complètement bouleversées. Elle avait peur, peur que son père reprenne le dessus et ne découvre les secrets qu'il avait pu lui cacher depuis tout ce temps. Qu'il ne découvre qu'elle était plus qu'en admiration pour cette race si détestée. Car oui, elle avait finit par se laisser tomber dans les bras d'un méta, qu'elle ne cessait de sauver de terribles dangers depuis qu'elle l'avait rencontré. Elle avait laissé des sentiments se développer en elle, elle lui avait appris à lâcher prise sur ces mêmes sentiments qu'il ne contrôlait pas et ne comprenait pas. Tous ces moments ont fini par les mener plus loin que n'importe quel autre méta avec n'importe quelle autre humaine. « Je peux rentrer ? » retentit alors la voix de sa mère derrière la vitre qui les séparait pour éviter des émanations toxiques. Sursautant, Orwen se tourna vers elle, refusant catégoriquement que celle-ci ne la rejoindre dans cet espace confiné. Elle laissa alors tout ce qu'elle était en train de manier pour rejoindre le sas dans lequel elle retira la combinaison qui la protégeait, et laissa les gants de côté avant de rejoindre le bureau où sa mère l'attendait, l'air sévère. Elle la prit cependant rapidement dans ses bras, avant d'observer sa fille en fronçant les sourcils. « Tu es en retard, ton père a dit. Cela ne te ressemble pas, tout va bien ? » s'empressa-t-elle de demander, jetant un regard insistant sur le ventre de sa fille, n'attendant que la grossesse de celle-ci. Elle ignorait tout, et pourtant, elle semblait s'inquiéter de l'avenir de son unique enfant, qui lui cachait bien des secrets. Orwen, agacée, grogna et se dirigea vers l'ordinateur pour ramasser les affaires qui lui serviraient pour le cours qu'elle devait donner à une méta cachée par son mère. Sa mère n'était pas au courant, elle pensait simplement que sa fille aidait son père avec les cobayes, les petits louveteaux dont on lui avait parlé lors d'un dîner complètement raté. « Je vais bien, je suis juste fatiguée. Je travaille nuit et jour pour perfectionner les sérums. » répondit la blonde avant de lancer un sourire glacé à sa génitrice, qui soupira à son tour et accompagna sa fille dans les couloirs qui les séparaient du bureau de monsieur Oakens. Elles se quittèrent enfin, la jeune femme prenant soin de fermer avec un code le bureau de son père afin de ne pas être dérangée. Elle avait bien compris que son père tenait énormément à la sécurité de la louve qu'il cachait dans les cages à l'arrière de son bureau, faisant régulièrement surveiller la porte comme si c'était une affaire d'état. Elle ignorait pourquoi il prenait autant soin à ce que cette méta ne puisse pas être vue, mais elle imaginait qu'il avait peur. Elle alluma alors les lumières et vint déposer son dossier sur le bureau, allumant l'ordinateur de son père pour jeter un œil aux statistiques concernant Elwë, la louve. Elle avait insisté auprès de son père pour avoir aux donnés basiques comme la date de sa naissance, son matricule et ses deniers repas. Elle estimait ainsi pouvoir beaucoup mieux cerner la louve et lui parler. Elle attrapa alors un de ses nombreux cardigans et s'approcha de la cage, souriant en voyant que la méta dormait paisiblement, ou du moins, essayait. Elle tapa le code pour ouvrir la cage et s'y engouffra, tentant de ne pas être trop bruyante. Elle posa une réserve d'eau près des gamelles et vint ramasser la robe déchirée, venant la mettre à côté de la porte pour penser à la jeter en sortant. « Salut Elwë. » lança-t-elle doucement pour réveiller en douceur la louve, s'installant par terre en attendant, le cardigan dans les mains pour lui donner quand elle aurait repris forme humaine. La saison devenait plus froide, et son père se moquait bien de la chaleur qu'il faisait ici. « Désolée de te tirer de ton sommeil. » lança-t-elle ensuite, patientant calmement.

945 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Dim 24 Sep - 11:27
L'odeur se propageait dans sa cage. Diverses effluves se mélangeaient dans l'air, celles du maquillage gras ou de la poudre ou même du parfum qui servait aux humains à sentir bon. Celle de loups ou de méta flottait autour d'elle aussi. Mais, entre tout cela, Elwë reconnue cette odeur douce qu'elle n'avait pu sentir que quelques fois et de près même. Orwen était là. Sa voix finit de la sortir totalement de son sommeil.

Se redressant, la couverture glissa sur son pelage et son regard plongea dans celui de la jeune femme. Nul grondement, nulle colère. Une simple attente de quelques secondes, comme un reste de méfiance animale. Après tout, c'est ce qu'elle était au départ. Et certainement ce qu'elle resterait jusqu'à la fin de ses jours dans cette cage.

La louve approcha doucement de l'humaine et pressa sa truffe humide contre sa joue dans un geste de salutation. Retirant un peu du maquillage que portait la jeune femme, ce qui eut la conséquence de la faire éternuer un peu. Puis, elle s'assoit face à Orwen et clos les paupières un moment. Avant de les soulever lorsqu'elle est devenue femme. Prenant le cardigan afin de ne pas rester nue. Un frisson courant déjà sur sa peau.

-J'étais seule..

Ce n'était pas réellement un reproche pour la jeune femme en face d'elle, simplement une remarque qu'elle l'avait attendu. Sa seule réelle compagnie ici, car Ryan veillait bien a ce que plus personne n'entre dans sa cage sans obligation. Et Orwen était la seule qui rentrait lorsqu'il n'était pas là. Mais, elle ignorait si l'homme le savait et la laissait faire ou si c'était un secret qu'il ne fallait pas divulguer. Alors, elle préférait taire ces visites auxquelles elle avait commencé à prendre goût.

-J'ai entendu ton nom.. hier ?

Lors des examens qu'ils lui avaient fait passer. Le nom d'Orwen avait surgit dans la conversation et Elwë avait donc tendu l'oreille en pensant avoir été découverte quand à la douceur dont elle faisait preuve avec cette humaine là. Mais, c'était autre chose qui était tomber dans la conversation. Lentement, elle tend une main vers le ventre de la blonde, mais sans oser la toucher sous cette forme encore.

-Il parlait d'un bébé. C'est vrai ?

Sa main s'abaisse alors que son regard se fait perçant, interrogateur, peut être un peu inquiet. Rien ne pouvait dire pour le moment si c'était vrai ou non et si c'était humain ou méta. La louve n'avait rien sentit pour le moment, alors elle préférait demander. Et puis, c'était mieux de passer à la conversation directement que les convenances qu'utilisaient les humains. A toujours demander si cela allait et autre badineries du genre, un peu inutile pour les loups.
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Dim 24 Sep - 19:00
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

Orwen ne put s'empêcher de rire quand la louve vint lui lécher le visage affectueusement. Elle la laissa faire, évidemment, trouvant ce geste adorable. Contrairement à d'autres, elle n'était pas répugnée à l'idée d'être en contact avec les métas. Son père était de ceux qui pensaient qu'une léchouille pouvait simplement le faire sombrer dans un coma qui pouvait durer des mois. Il ne vivait de toute façon pas comme quelqu'un qui avait envie de profiter de la vie. Il vivait comme un véritable scientifique à la recherche de moyens de survies. Orwen était bien heureuse d'avoir pu trouver le code de la cage, sans ça, elle n'en arriverait pas là, à converser avec une autre méta. Elle lui donna d'ailleurs le cardigan une fois que celle-ci fut devenue bipède, et soupira tristement à ses paroles. Elle était triste de ne pas être venue plus tôt, mais les événements l'en avaient empêchées. Elle se sentit alors obligée de se justifier. « J'avais beaucoup de travail. Et je devais veiller sur des amis. » Ce mot était faible à ses oreilles, mais elle ne savait pas comment le dire autrement. Elle avait retrouvé Elias ivre mort au Parlement l'autre soir, et le lendemain, les circonstances avaient fait qu'elle n'avait pas vraiment pu venir ici. Et puis, depuis qu'elle avait passé un peu de temps avec Gamon, elle avait l'esprit complètement retourné et ne comptait plus les jours ni les heures. Elle s'apprêta alors à parler des événements qui se passaient à l'extérieur, mais elle ne s'attendait pas à ce que Elwë reprenne la parole, attisant sa curiosité. Fronçant les sourcils, Orwen se figea, presque inquiète. « Ah oui ? » Depuis quand son père parlait-il d'elle au travail avec sa mère ? Tous les deux lui cachaient donc bien des choses, elle comprit ça quand la blonde pointe son ventre de sa main. Une grimace étira le visage d'Orwen, qui soupira avant de hausser les épaules. Elle se doutait bien que son comportement attiserait la curiosité, mais de là à penser qu'elle était enceinte ! Ses parents désiraient tellement la voir avec un enfant à s'occuper pour grandir leurs rangs... Elle devait à tout prix en parler avec eux. « Ne crois pas tout ce que mes parents disent. » finit-elle en souriant d'un air gêné, baissant le regard sur ses fiches qu'elle posa à côté, n'ayant pas envie de reporter ce genre de discussion sur papier. « Chez les humains, on a des métiers. Certaines femmes sont des mères porteuses, pour que notre race ne s'éteigne pas. Ils auraient voulu que j'en sois une, mais ce ne sera jamais le cas. » Elle avait déjà fait des tests pour savoir si elle était assez fertile pour faire ce métier. Malheureusement, ses chances d'avoir un enfant un jour étaient minces. Un détail qu'elle leur cachait pour leur éviter une trop grosse déception. Déjà qu'elle avait fait l'erreur de naître en étant une femme et non un homme, ils n'accepteraient en aucun cas de ne pas avoir de descendant. Il restait évidemment la possibilité que son père ait été faire un enfant ailleurs, mais la jeune femme en doutait, même s'il lui avait prouvé il y a peu qu'elle le connaissait mal. Finalement, elle s'adosse contre la paroi de la cage et observe la louve tout en réfléchissant. Il était évident que son père n'était pas au courant que leurs discussions ne concernaient pas seulement la grammaire de leur langue. « Ils me trouvent changée, c'est juste parce que... » Elle pencha la tête sur le côté, à la recherche d'une tournure correcte à lancer pour ne pas que cela prête à confusion. « Je suis tombée amoureuse de quelqu'un. Et dieu sait qu'un être humain peut perdre la tête dans ces conditions ! » lance-t-elle en riant, sincèrement. « Mais ce n'est pas important. As-tu entendu ce que mon père a pu dire suite à tes examens ce matin ? Je ne peux pas accéder au dossier, et ça m'embête. » Surtout parce qu'elle s'inquiétait qu'il ait pu lui faire subir quelque chose sans en avoir parlé à quiconque, et que la cause des métas lui tenait trop à cœur pour qu'elle ne veuille pas mettre son nez dans ce genre de choses.

759 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Lun 25 Sep - 17:36
Elle écoute sagement ce qui ressemble à une excuse pour ne pas être venue. La louve ne lui en veut pas, elle comprend très bien qu'Orwen soit occupé de son côté. Un mot tiqua chez elle, un qu'elle ne connaissait pas vraiment.

-Des amis ? Ca doit être bien d'en avoir.

Elwë qui n'avait ni famille ni amis dans cette cage. Et puis, elle parla du bébé qu'il n'y avait pas en fait. Lui expliquant que ses parents auraient aimé la destiner au métier de mère porteuse. Comme la louve en fin de compte. Sauf que de son côté ce n'était pas pour perpétuer l'espèce, mais simplement pour donner plus de cobayes aux humains. Un léger grondement s'étouffa dans sa gorge à cette pensée, mais il partit bien vite.

-Ca fait quoi d'être amoureuse ? Je ne connais pas.

C'est pas comme si c'était une possibilité pour elle entre ces murs et surtout après cet "incident" dont personne n'avait osé parler après l'intervention de Ryan. Et même Elwë n'avait pas chercher à en parler, pas même à Orwen. D'ailleurs, la jeune femme était elle au courant..? Pas question de demander, sinon elle serait obligée de lui raconter.

-Je sais pas, il parle pas de ça quand je suis là. Et ils ont arrêtés quand un autre scientifique m'a fait mal aux côtes en me retenant parce que je bougeait beaucoup.

Elle n'allait pas se laisser faire non plus et peut être qu'ils lui auraient laissés du répit si l'homme lui avait cassé quelque chose. Bien qu'elle ne le souhaitait pas non plus, mais elle savait que bientôt elle devrait faire une nouvelle portée.. Et ça ne l'enchantait pas vraiment..

-Comment vont mes derniers ? Un est mort, mais les deux autres..

Deux futurs cobayes. Peut être une mère porteuse s'il y a une louve à la jolie robe. Elwë ne savait même pas ce qu'ils faisaient des loups dans les autres parties du labo.
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Mer 27 Sep - 14:26
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

« Nos amis sont notre meute, chez vous. » lança-t-elle avant de se rendre compte de la bourde qu'elle venait de faire. Soupirant, elle secoua vivement la tête de gauche à droite d'un air désespéré, s'en voulant d'avoir pu oser dire une telle chose face à la louve. Elle n'avait jamais eu de meute, et qui sait si son père la laisserait en avoir une un jour. Elle ferait tout pour que cela arrive, mais pour le moment, c'était trop tôt. La situation était trop fragile avec son père. Le moindre faux pas, et elle n'aurait plus jamais aucune chance de tenter quelconque libération. Et qui sait si Elwë n'était pas la dernière des métas à être en cage depuis des années, à ne pas avoir pu s'échapper pendant la libération. Peut-être avait-elle entendu les hurlements de ceux qui courraient vers leur liberté, mais elle, elle n'y avait jamais goûté. Une raison de plus pour Orwen de lui parler du monde extérieur et de tout ce qu'on pouvait y trouver. Elle aimerait tellement voir son regard émerveillé face à cette nature dont elle ne connaissait rien. La voir se réjouir d'avoir des amis, et peut-être un compagnon pour faire grandir une belle meute, une belle famille. Et puis, une question rendit Orwen perplexe. Elle se mit à rougir et à hausser les épaules en faisant mine de réfléchir pour essayer de décrire tout ce que ça faisait. Puis, finalement, elle décida de laisser son cœur parler, même si ça voulait dire en dévoiler un peu plus sur son secret. Mais elle s'imaginait bien que la louve n'irait pas le répéter à son père, c'était bien trop dangereux pour elles deux. « On dit souvent que ça nous rend heureux. Que l'on a envie de passer sa vie aux côtés de l'autre, parfois même de fonder une famille. C'est un sentiment qui peut être dangereux aussi, parce qu'on ne pense plus à sauver sa propre vie en premier mais celle de celui qu'on choisit comme partenaire. C'est ce qu'il m'est arrivé, trois fois. J'ai tenté de le sauver trois fois, et je manque d'échouer à chaque fois, mais je ne peux pas m'empêcher de recommencer. J'espère que tu pourras connaître ça, toi aussi. » lança-t-elle finalement d'un regard bienveillant et sincère. Elle avait fini par comprendre sur le dossier que si elle avait eu des louveteaux, ce n'était pas d'un autre loup consentent, issu d'un bel amour. L'insémination était une chose qu'elle trouvait peu ragoûtante. Si elle avait pu l'empêcher, elle l'aurait fait, mais là encore, bien des facteurs l'empêchaient d'agir. Soupirant, elle plongea ses mains dans les poches en laissant son interlocutrice continuer à parler pour lui répondre. Grimaçant, Orwen se pencha légèrement en avant pour mieux observer la blonde, attentive. Son père était donc si odieux avec elle ? Elle pouvait comprendre pour les tests qu'il lui faisait passer, mais il lui reprochait de ne pas s'intéresser à la souffrance que lui ou les autres pouvaient infliger à ces cobayes qui souffraient déjà beaucoup. Qui sait de quoi il serait capable quand ses ambitions deviendraient encore plus grandes ? « Oh, je suis désolée... » lança la jeune femme en baissant le regard, triste. Mais au fond d'elle, elle commençait à ressentir un sentiment qui ne lui plaisait pas du tout, et qu'elle refoulait depuis qu'elle était enfant. La haine. Et celle-ci ne s'en fut que plus décuplée lorsqu'elle demanda des nouvelles de ces louveteaux. Orwen n'avait pas été mise au courant que ceux-ci étaient les enfants d'Elwë. Son père en avait parlé d'une telle façon lorsque le soldat Adama était venu dîner chez eux qu'il lui faisait penser au pire psychopathe qui puisse exister. Les paroles qu'il avait prononcé, le sourire aux lèvres, lui traversaient encore l'esprit. Et le pire dans tout cela, c'est qu'elle ne parvenait pas à laisser les mots sortir de ses lèvres pour en parler à la méta. Elle ignorait la réaction qu'elle aurait. C'est après un long silence qu'elle déglutit et se mit à parler, plongeant son regard dans celui d'Elwë. « Je ne sais pas où mon père les as enfermés. Mais je sais d'ores-et-déjà qu'il se servira du corps du petit... mort pour tenter de nouvelles expériences sur les deux autres, et probablement sur quelques humains quand il aura totalement perdu la raison. » Ne tenant plus, Orwen se leva et commença à faire nerveusement les cent pas dans la pièce, le cœur lourd. « J'aimerais les sauver de tout ce qu'ils subiront, mais je ne suis pas assez forte pour cela. J'ai peur de ce qu'il se passe dehors. Ils cherchent toujours plus les métas qui ont pu s'échapper pour les ramener ici. » se confia-t-elle alors, passant une main dans ses cheveux. Puis, se reprenant, elle décida de changer de sujet, histoire de ne pas trop en dévoiler. « Bon, de quoi veux-tu que je te parle aujourd'hui ? »

885 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Ven 29 Sep - 12:53
Les amis des humains étaient la meute des loups, c'était plutôt simple a assimiler. Elwë se disait qu'elle avait dû en faire partie, même quelques jours seulement. Bien qu'elle ne l'ait pas connue et ne la connaitrait peut être jamais. Qui pouvait lui dire si sa mère, ses frères et soeurs étaient encore en vie. Si même un jour, elle connaitrait celui qui était son père. Si tant est qu'il fut un loup et non un humain..

Lorsque Orwen lui explique la sensation d'être amoureuse, la louve n'arrive pas à concevoir que ça puisse lui arriver. Comment pourrait elle en donner alors qu'elle n'en avait jamais reçu. Et qu'elle était plutôt consumé par la rage et la colère.. Croisant le regard bienveillant de la jeune femme, elle détourna la tête et se leva finalement.

-On ne connait pas ça dans une cage.

Son ton est assez froid et sa posture soudainement un peu plus sur la défensive alors qu'elle retourne vers son matelas. Si elle avait été sous sa forme de louve, sa queue aurait été basse et ses oreilles collées à sa tête. Un grondement aurait presque pu lui échapper, mais elle commençait à se contrôler. Et Elwë n'avait pas spécialement envie de blesser Orwen. Pour plusieurs raisons d'ailleurs, la première étant que les scientifiques sauraient alors qu'elle entrait dans sa cage. Et la seconde, parce qu'elle était la seule à lui parler des hommes, des sentiments, du monde et qui lui avait apprit à tenir une conversation correcte.

La louve s'arrêta lorsque la blonde reprit la parole et se tourna à nouveau vers elle. Croisant une nouvelle fois ses yeux, ce regard si différent du précédent.. Ses petits étaient enfermés aussi, elle s'en serait douté. Comme pour les autres avant et ceux d'avant encore. Mais qu'il veuille utiliser le corps du mort né, ça c'était quelque chose qu'elle concevait mal et trouvait plutôt répugnant.

-Si je pouvais, je les tuerais. Ils seraient mieux mort qu'enfermés. Tu peux pas faire ça..?

Ses premiers mots semblaient sévères, alors que sa question paraissait plus douce. Dans un sens, elle se doutait qu'Orwen ne pouvait pas faire ça et certainement qu'elle ne le voudrait pas non plus. Ce qu'elle pouvait comprendre quand elle voyait a quel point la jeune femme semblait aimer les loups. Et tout en se posant sur son matelas, elle ajouta bassement.

-S'ils étaient avec moi, je les aurais dévoré.

Comme pour le premier, fruit du parjure qu'elle avait enduré alors qu'elle découvrait seulement son corps de femme. Glissant le drap autour d'elle pour ne pas avoir froid, elle sembla réfléchir quelques secondes avant de hausser les épaules.

-Parle moi de celui que tu aimes.

Orwen semblait vraiment tenir a lui, alors Elwë voulait en apprendre un peu plus sur lui. Qui il était, comment il était...
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Lun 2 Oct - 10:35
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

Orwen ne releva pas la remarque de la louve, car elle savait très bien qu'elle disait vrai. Peut-être aurait-elle mieux fait d'éviter le sujet pour éviter ce genre de problèmes dans la conversation.  La jeune femme s'en veut d'avoir réveillé le côté sombre du métamorphe en un rien de temps. Soupirant, elle tenta de changer de sujet mais elle savait qu'elle s'engageait un peu plus sur une pente dangereuse. Un frisson parcourut même son échine et elle croisa les bras sur sa poitrine en grimaçant quelque peu. « Hors de question, je ne suis pas une tueuse, Elwë. » lança-t-elle, mâchoire serrée. Elle jeta un coup d'oeil derrière la vitre, dans le laboratoire de son père, avec l’irrésistible envie de passer la porte et de la laisser là pour ne pas qu'elle insiste sur ses enfants. Orwen pensait ne jamais être capable de tuer qui que ce soit, même pour sa propre survie. Évidemment, elle était loin du compte, loin de savoir ce que le futur allait lui réserver dans les jours à venir, dès le lendemain. Elle serait obligée de passer à l'offensive, contre son gré, et seulement à cet instant, elle se briserait en mille morceaux de l'intérieur, n'étant plus que l'ombre d'elle-même. Soupirant, elle osa alors tourner de nouveau son regard vers la blonde qui avait repris place sur sa couchette. Cette conversation était différente de toutes les autres fois, elle le sentait au plus profond d'elle et avait bien envie que ça change. Peut-être aurait-elle mieux fait de se taire, mais elle en avait été incapable. Cela lui avait coûté déjà beaucoup de ne rien dire, et ce serait pire dans les jours à venir. Alors oui, elle proposa de changer de sujet de conversation, laissant la louve choisir de ce qu'elle voulait entendre parler, essayant d'oublier ce qu'elle venait de dire à l'instant. Dévorer ses petits pour leur éviter une telle souffrance... C'était cruelle. Même si elle devait sauver quelqu'un, ou atténuer sa douleur, elle, Orwen, la fille d'un cruel scientifique n'en serait jamais capable. Elle n'aurait pas le cran d'aller au bout. Elle fuirait et irait aussi loin que possible pour laisser le temps faire son travail. Aujourd'hui, elle devait pourtant y faire face. Et alors qu'elle pensait devoir parler de l'extérieur, Elwë lui demanda de parler de cet homme dont elle était tombée sous le charme. Plaquant l'arrière de son crâne contre la paroi, elle se mit à soupirer et à regarder le plafond, rêveuse.  « Je ne sais pas si je peux t'en parler. » commença-t-elle avant de reprendre, de peur de l'avoir vexée. « Je veux dire, je te fais confiance mais... Si mon père apprend que je te parle de tout ça, il viendra te torturer pour savoir ce que mijote sa fille. » Elle resta donc ainsi dans l'hésitation à regarder le plafond, refoulant les larmes qu'elle voulait laisser affluer. La vérité était là : elle ne pourrait plus faire chemin arrière, c'était même déjà trop tard. Prise d'un frisson, elle laissa un sanglot lui échapper avant de fermer les yeux pour oublier cette réalité, pour replonger dans ses souvenirs. Elle revoyait très précisément son visage devant ses yeux, son visage à la fois si doux et si sauvage, qui l'avait faite passer par des milliers d'émotions en si peu de temps. « Je... » commença-t-elle avant d'ouvrir les yeux, se relevant en s'essuyant les joues, se tournant vers la vitre pour ne plus avoir à regarder la louve dans le blanc des yeux. Posant la main sur la vitre, elle imagina très bien son père les regarder, les écouter. Qui sait s'il n'avait pas mis des caméras et des micros dans la cage pour mieux l'étudier quand il ne serait pas là... « J'ai voulu le sauver il y a deux ans. Le sauver de ces putains de cages. » Furieuse, elle laissa son poing venir heurter la paroi avant de se rendre compte de la brutalité dont elle faisait preuve. Honteuse, elle se retourne à peine pour regarder Elwë. « Tu comprends ? » demanda-t-elle alors avec prudence, avalant sa salive pour oser reprendre là où elle s'était arrêtée. « Je ne peux pas en parler parce que trop de choses nous séparent. Je sais même pas pourquoi je t'en parle, je ferais mieux de me taire. » Désespéramment, elle laisse son dos glisser contre le mur pour revenir dans sa position initiale, assise par terre. « J'ai tellement peur. » Elle venait de précipiter sa chute, et elle ne parviendrait cette fois pas à se relever.

805 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Mar 3 Oct - 17:05
Elle ne revint pas sur l'histoire de ses petits, sachant bien que c'était vrai ce que disait Orwen. Ce n'était pas une tueuse. La louve la voyait même plutôt comme une enfant cherchant à se cacher plutôt qu'une combattante. Elle, c'était plutôt l'inverse. Elwë serait prête a tuer s'il le fallait pour partir, peu importe qui se mettrait sur son chemin.

Finalement, le sujet changea et la jeune femme sembla incertaine, be sachant si elle pouvait en parler à la louve. Cet homme qui semblait la mettre dans tout ses états. La blonde pencha un peu la tête en la fixant de son regard perçant et cherchant à la comprendre. Un rire sans joie quitta ses lèvres et elle se leva de toute sa hauteur avec un petit froncement de nez.

-Il osera pas me faire quoi que ce soit. Mais s'il envoie quelqu'un pour le faire, je ne parlerais pas. Plutôt me couper la langue que leur dire quoi que ce soit qu'ils veulent entendre.

Et peu importe ce que cela pouvait concerner, la louve ne voulait tout simplement pas partager une seconde tout ce qu'elle pouvait connaitre ou apprendre ou savoir. Que ce soit venu d'Orwen ou d'une autre personne. Pour ce qui était du père de la jeune femme.. Il semblait la trouver trop précieuse pour lui faire du mal, alors elle ne craignait pas vraiment pour sa vie. Tant que l'homme gardait a peu près sa tête..

L'instant de colère d'Orwen sembla résonner dans le coeur d'Elwë qui frissonna l'espace d'une seconde. Approchant alors dans son dos a pas de loup, ne voulant pas la couper ou la perturber dans ses paroles. La louve la regarda glisser a nouveau au sol et elle même se laissa tomber sur les genoux. Après quelques secondes de battements, elle tendit les bras vers Orwen pour venir les passer autour de ses épaules et l'attirer contre elle.

-Une humaine et un méta.. C'est dangereux, je sais.

Elwë avait comprit lorsque la jeune femme avait parlé de le libérer de sa cage l'homme dont elle était amoureuse maintenant. La louve avait d'autres questions. Comme son nom, son age, comment il était.. Mais, elle ne les posa pas, laissant le temps a Orwen de se calmer un peu. La gardant dans ses bras ce temps là.

C'était la première fois que la louve réconfortait quelqu'un et d'autant plus une humaine. Mais, au fond d'elle, voir Orwen ainsi ne lui avait pas tellement fait plaisir sa,s vraiment en connaitre la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Mer 11 Oct - 17:09
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

Orwen semblait à la fis rassurée et inquiète du comportement d'Elwë. C'était rassurant de savoir qu'elle ne comptait pas révéler ce qu'elle savait, mais inquiétant d'imaginer ce qu'ils pouvaient lui faire, jusqu'où ils iraient pour lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle parle. Si elle était insensible à la douleur physique, ils trouveraient toujours un moyen pour qu'elle parle. Que ce soit en torturant ses petits ou en retrouvant sa famille pour les torturer devant elle, si jamais elle se souvenait d'eux. Et si elle n'avait aucune utilité pour ça, eh bien ils trouveraient le moyen d'utiliser Orwen pour la faire parler. Elle serait l'appât et serait obligée de faire parler la méta en toute discrétion. Dans tous les cas, elle savait qu'elle se rendrait avant même qu'ils n'aient pu poser une seule main sur la blonde. Il était totalement inconcevable que les autres puissent souffrir juste parce qu'elle était bornée et ne souhaitait rien dire de tout ce qu'elle savait. Elle laissa pourtant tout ça de côté, hochant la tête en espérant que la jeune louve ait raison sur ce point. Et puis, elle se livra un peu plus sur cette histoire d'amour, aussi stupide soit-elle aux yeux des humains. Elle savait qu'elle n'aurait pas besoin de dire grand chose pour faire comprendre ce qui la terrifiait à ce point. Bientôt, elle serait obligée de tester sur des loups comme Elwë, des choses horribles, et d'observer. Elle y perdrait probablement son âme. Une pensée qui lui fit monter les larmes aux yeux. Elle ne réalisa pas même tout de suite que son amie venait la serrer dans ses bras. A vrai dire, elle était secouée par tellement d'émotions que c'en devenait difficile de rester toujours dans l'instant présent. Elle se laissa pourtant faire, posant sa tête contre l'épaule de la jeune femme, le temps de remettre ses idées en ordre. Elle était tellement chanceuse d'être en quelque sorte difforme et de ne pouvoir jamais enfanter. Cela lui évitait en ce moment bien des problèmes. Mais il y en avait d'autres, plus étranges encore que cela. Elle se comportait de plus en plus bizarrement. Effrayée par son père, elle se réfugiait dans des amitiés avec des loups et peu à peu elle en venait à regretter de ne pas être l'un d'eux, de ne pas pouvoir détester ces humains, de ne pas pouvoir s'enfuir loin sur cette terre et d'oublier le reste du monde. Finalement, elle s'écarta un peu et s'essuya les joues, souriant doucement en tentant de se rassurer. « Mon père m'obligerait à le tuer sous ses yeux s'il l'apprenait. Il a tellement peur de vous. C'est un crétin. Et une fois qu'il aurait anéantit ce qui compte pour moi, c'est moi qu'il torturerait. » Serrant la mâchoire, elle prit une grande inspiration et observa par la vitre, le laboratoire complètement vide, et qui lui semblait pourtant encore sous surveillance. Humectant ses lèvres, elle se releva, déterminée à pourrir la vie à tous ces scientifiques. « Je vais voler toutes les données que je peux trouver. Je vais foutre en l'air son travail de plusieurs années, je retrouverais ta famille et je te ferais sortir de là. Quand ce sera fait, il n'aura plus aucune prise sur moi, il montrera à tous son vrai visage. » Elle n'imaginait pas un jour pouvoir dire tout cela à voix haute, mais tant de rage souillait son cœur qu'elle ne pouvait pas le garder en elle sous peine de devenir folle. Plongeant son regard dans celui d'Elwë, et posant ses mains sur ses épaules pour avoir toute son attention, petit sourire aux lèvres, elle s'exprima de nouveau. « Gamon m'aidera. Je te promets que j'te laisserais pas pourrir ici. Encore moins à cause de mon père. »

675 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Dim 12 Nov - 9:41

Elwë écoutait et réconfortait cette femme qui se rapprochait le plus d'une amie dans cet endroit. Essayant de comprendre et de réfléchir a quelques solutions qui pourraient être utile.
Jusqu'à ce qu'Orwen lui promette de faire ce qu'il fallait pour la sortir d'ici. Avec un certain Gamon,
certainement celui qu'elle aimait. Mais, comme pour s'en assurer, elle posa tout de même la question.


-C'est le loup que tu aimes ?

Etrangement, ce nom lui semblait familier lorsqu'elle le prononça. Pourtant, rien ne lui revenait alors certainement qu'il avait du déjà simplement sortir dans une conversation sans qu'elle ne s'en rappelle.
Lentement, la louve se releva en faisant ainsi glisser les mains de ses épaules. Son regard toujours dans celui de la jeune femme. Une lueur se met alors a briller au fond de ses iris, un mélange entre hâte et folie. L'envie certaine d'enfoncer ses crocs dans la chair de quelques scientifiques. Et tout basn presque dans un murmure, elle ajoute pour Orwen.

-Je t'emmènerai avec moi. Pas question que tu restes ici.. Tu pourrais vivre avec les nôtres et peut être qu'un miracle pourra t'arriver loin d'ici..

Une de ses mains approche le ventre de la jeune femme, faisant référence à ce petit miracle en question. Si la blonde pouvait vivre plus paisible dans son esprit, alors peut être qu'elle arriverait à enfanter pour le loup qu'elle semblait tant aimer. La dessus, Elwë n'y connaissait pas grand chose.
C'était un peu trop technique pour elle qui n'avait jamais eu de soucis pour mettre au monde.
Bien qu'elle ne souhaitait plus que cela lui arrive avant un moment. Avant qu'elle ne trouve l'envie d'en garder un près d'elle sûrement.

Un long moment de silence s'étira. Avant qu'une pensée un peu bizarre et très certainement très mal vu ne lui vienne.

-Ou je t'en offrirai un...

Oui, plutôt que de tous les tuer, elle pourrait faire cadeau à Orwen de ce qu'elle ne peut avoir. N'est ce pas ? Son joli visage se froisse de contrariété en réfléchissant un peu trop sur cette idée. Chez les loups, cela pouvait se faire. Mais, chez les hommes ? Ils avaient une vision bien compliqué des choses parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Orwen Oakens
Scientifique
avatar
Messages : 342
Date d'inscription : 07/09/2017
GIF :
Lun 13 Nov - 12:37
détails
Oublier l'enfermement et rêver de liberté
Chacun est enfermé dans sa conscience.
ft. Elwë
Ʃkaemp はは ™️

Elle hocha longuement la tête pour acquiescer. Elle avait tellement à dire sur lui, et pourtant, elle avait l'impression qu'on lui obligerait à lui briser le cœur, parce que les humains et les loups ne peuvent pas cohabiter. Peut-être que si les deux races faisaient des efforts et se laissaient vivre les uns les autres, la paix pourrait durer, mais non, il y avait des hommes et des femmes au pouvoir qui n'avaient aucune pitié. Ils voulaient voir les loups morts, parce qu'ils étaient leur création. Stupide pensée, les métas n'étaient que le résultat d'une expérience ratée, et ils osaient s'en vanter ? Orwen ne comprenait rien à tout cela. Il leur suffirait de découvrir leur nature douce et sensible comme elle l'avait fait. Malheureusement, ce n'était pas prêt d'arriver. Tous étaient aveuglés par des ambitions stupides, tout comme elle. Soupirant, elle s'apprêta à retourner de l'autre côté de la vitre pour mettre son plan à exécution, mais se stoppa net quand Elwë reprit la parole. Un frisson lui parcourut l'échine, et elle s'humecta les lèvres, nerveuse. On lui avait déjà proposé ça. Gamon lui avait intimé sa volonté d'aller trouver un autre endroit dans le monde où ils pourraient vivre, avec les métas, et où elle serait en sécurité. Mais elle avait déjà refusé, parce qu'elle avait peur. Aujourd'hui, c'était une idée qui se tenait, qui s'avérait être possible dans sa mémoire. Mais elle avait aussi des amis qu'elle ne pouvait pas abandonner. Rysroon, ce scientifique fils d'un gouvernemental, son meilleur ami, à qui elle avait même caché la vérité sur cet amour. Le seul à qui elle était encore certaine de pouvoir faire confiance chez les humains. Que se passerait-il si elle l'abandonnait ? Ou si elle abandonnait sa mère ? Ils seraient probablement torturés pour savoir où elle était partie, et feraient tout leur possible pour qu'elle revienne, parce qu'elle était leur espoir. Il fallait juste pour eux qu'elle se lance dans des expériences sur les loups.  « J'ai encore des choses à faire ici. Mais quand tout sera terminé, quand je réussirais à inverser le processus pour que moi aussi, je ne sois plus humaine, je viendrais. » Elle se tut, comprenant bien que son idée était folle. Il avait été aisé de faire devenir des loups humains, mais l'inverse, personne n'en avait jamais eu l'idée, parce que c'était dangereux. Elle pourrait y perdre la vie, ou pire, elle pourrait y perdre la tête. Mais elle était certaine de pouvoir y arriver. Elle n'avait pas été la meilleure de la classe pour rien, bien au contraire. Elle se tut donc, le temps de savoir ce qu'elle allait faire maintenant. Une grimace étira cependant son visage quand la louve se remit à parler, et elle leva la tête vers elle, déconcertée. « Quoi ?! » s'écria presque malgré elle, manquant de s'étrangler. Ce processus se faisait à l'époque, sur Terre. Ici, il n'avait jamais été question de stérilité. D'ailleurs, elle n'avait jamais fait part de son problème à qui que ce soit de peur d'être exécutée sur le champ parce qu'elle ne pouvait pas leur apporter ce qu'ils voulaient. Elle soupira et balaya rageusement cette idée du revers de la main. « C'est hors de question ! Tu as assez subi. Je refuse de te prendre pour cobaye pour ce genre de choses. Je ne suis pas mon père. » Se retournant, elle passa la porte de la cage, la laissant ouverte. Libre à Elwë de passer de l'autre côté ou non. Une larme de rage perlait déjà sur sa joue à l'idée de se servir d'elle pour une telle expérience. Qu'elle veuille ou non un jour des enfants, elle ne s'y prendrait pas de cette manière-là. C'était une scientifique, elle trouverait un moyen de se rendre plus fertile, il lui faudrait juste du temps. Elle se pencha sur le petit ordinateur qu'elle alluma, avant de chercher dans la base de données tout ce qu'elle pouvait réduire en miettes. Mais un bruit se fit entendre derrière la porte et elle comprit qu'elle n'avait pas d'autre choix. Elle laissa l'outil en veille et revint dans la cage chercher le dossier où elle collectait des informations sur la méta. Finalement, la porte s'ouvrit sur son père, visiblement surpris de la trouver là. Orwen jeta un coup d'oeil désolé à la blonde et sortit de là, refermant la porte derrière elle. « Comment ça avance ? Je croyais qu'on avait dit que tu ne devais pas entrer dans cette cage, c'est dangereux. » demanda-t-il d'un ton neutre en commençant à chercher quelque chose dans un petit tiroir. La jeune femme prit une grande inspiration et s'efforça à paraître le moins triste possible, et le plus professionnelle aussi. « Le... Sujet se porte bien et son évolution de la langue avance bien. En revanche, il serait préférable de ne pas recommencer une implantation avant quelques semaines. Elle ne s'est pas très bien remis de sa dernière portée. Et c'est bon, elle ne m'a pas encore mangé. Elle avait juste froid, je ne pouvais pas laisser ton sujet mourir pour une sottise pareille. » elle détestait employer ce vocabulaire pour parler de son amie, mais elle n'avait pas le choix pour sauver leur peau à toutes les deux. Elle devait également mentir et le faisait autant que nécessaire pour lui éviter de n'être endommagée avant qu'elle ne puisse s'échapper. En revanche, son père ne semblait pas être du même avis. Soupirant, il jeta un œil à la louve, puis haussa les épaules. « Si tu le dis. Orwen, dis à ta mère que je rentre plus tard pour le dîner. J'ai du travail. » Hochant la tête, elle jeta un dernier coup d'oeil à Elwë à qui elle sourit tristement, et quitta rapidement le laboratoire, priant pour que son père n'en fasse pas qu'à sa tête.

675 mots.


_________________
I’ll be watching from the center of the hollow moon « I'm-a make a deal with the bad wolf So the bad wolf don’t bite no more.unbreakable »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwë
LW-120
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 22/09/2017
Localisation : Dans une cage isolée
Jeu 16 Nov - 11:53
La louve écoute sagement ce que lui dit Orwen, comprenant bien qu'elle puisse avoir des choses à faire ici avant de pouvoir fuir. C'était une femme pleine de bonté envers les loups et certainement qu'elle voulait pouvoir les aider un peu plus. Mais inverser le processus pour ne plus être humaine..? Est ce que c'était seulement possible au moins ? Parce que si ce n'était pas faisable, alors Orwen ne viendrait jamais avec eux..

Elle eut un léger sursaut qui la sortie de ses pensées lorsque la jeune femme refusa en bloc sa proposition en lui disant qu'elle avait assez subi et qu'elle ne voulait pas l'utiliser. Mais pourtant c'était une proposition de sa part et non une demande égoïste d'Orwen.

-Tu es la seule qui me prend pas pour un cobaye. C'est parce que tu es mon amie que je te propose.

C'était la première fois qu'elle parlait de la scientifique comme une amie et de qui que ce soit d'ailleurs. Parce qu'elle n'avait pas eut le concept d'amitié avant de la rencontrer dans cette cage. Finalement, c'était le seule point positif de sa captivité.

Orwen sortit en laissant les portes ouvertes. Alors que la louve s'approchait d'un pas prudent de la première, Ryan fit irruption dans le labo et sa fille ferma finalement la porte qui aurait pu la laisser sortir. Un grondement résonna dans sa gorge en voyant le scientifique.

-C'est dangereux seulement pour toi ! Pose un pied dans ma cage et je t'arracherai la jambe.

Son regard se fait noir et elle reste contre la vitre en ne posant rien faire de plus que de rester menaçante de sa cage. Ce qui ne devait pas être très convaincant évidemment.. Elle vit Orwen sortir du labo et fit en sorte que ça ne la touche pas. Ou du moins, que ça ne se voit pas que ça la touche.

Après un moment de silence, Ryan se tourna vers elle pour prendre des notes en marmonnant. Elwë se retransforma en loup et se roula en boule dans le coin opposé le plus loin pour ne pas être trop visible par l'homme.

Finalement, elle dû s'endormir un moment parce qu'à son réveil elle était seule. Et dans le noir. Un soupir s'échappa de son museau et elle referma les yeux. La revoilà dans un silence un peu pesant et avec seulement quelques lumières pour ne pas être dans le noir total.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alpha Legacy :: Corbeille :: Archive rp-
Sauter vers: